Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 16 juin |
Saint Jean François Régis
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

VIDEO. L’homélie quotidienne du Pape : “Le pessimisme est une drogue”

Timothée Dhellemmes - publié le 24/03/20

Celui qui "rejette la faute sur les autres" ne peut être guéri, a déclaré le pape François lors de la messe célébrée à la Résidence Sainte-Marthe au Vatican, le 24 mars 2020. Le souverain a dédié cette messe aux médecins, prêtres et infirmières mortes du coronavirus en ayant pris soin des malades.

Dans son homélie, le Souverain pontife a commenté l’épisode de la guérison à la piscine de Béthesda (Jean, 5, 1-47) où, pendant un jour de sabbat, le Christ délivre un malade du handicap que l’infirme supporte en se plaignant depuis 38 ans. “Il était malade dans son cœur, il était malade de l’âme, il était malade de tristesse, il était malade de pessimisme”, a déclaré le Pape. Il a jouté : “le pessimisme est un poison, c’est aussi une drogue, parce que si vous y goûtez, on finit par l’aimer on finit par être dépendant à la tristesse, dépendant au pessimisme”.

Après sa guérison, le malade de Béthesda  dénonce involontairement Jésus aux docteurs de la loi, et le Christ le prévient : “ne pêche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire”.

L’eau, symbole de guérison

Le chef de l’Église catholique s’est arrêté sur le “symbole” de l’eau comme facteur de guérison, de santé, “comme les eaux du Jourdain qui assainissent l’eau de la mer Morte”. “L’eau du baptême que Jésus a utilisé pour nous guérir” ne peut cependant pas agir sur celui qui “rejette la faute sur les autres”, a-t-il prévenu.




Lire aussi :
Ils célèbrent la messe sur le toit d’une église, tout le quartier en profite

Au contraire, l’Évangile du jour montre un homme qui “arrive toujours en retard” et finit par ne faire que se plaindre parce que pour lui sa situation est de la faute des autres, ce qui l’empêche d’accéder à sa guérison.

L’héroïsme des prêtres et médecins morts du coronavirus

Ce comportement ressemble à celui de beaucoup de chrétiens “qui vivent cet état de plainte permanente”, a déploré une nouvelle fois le pape François. Ce péché agit comme un “brouillard qui entoure nos vies”, a-t-il souligné, et est comparable à l’addiction d’un “toxicomane” qui ne veut pas guérir car il “dépend de sa propre plainte”.

Au début de la cérémonie, le pape François a dédié sa messe aux médecins, aux prêtres et aux infirmières qui sont morts du coronavirus “car ils étaient au service des autres”. Il a salué leur “exemple d’héroïsme”.


POPE FRANCIS

Lire aussi :
À midi, que pas une voix ne manque pour réciter le Notre Père d’un seul cœur avec le Saint-Père !

Tags:
CovidPape FrançoisVatican
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement