Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Covid-19 : le monde entier pleure Don Giuseppe Berardelli, prêtre de Lombardie

Araberara
Partager

Une trentaine de prêtres sont morts du coronavirus en Italie. Parmi eux, Don Giuseppe Berardelli, 72 ans. En quelques heures, les médias du monde entier l’ont décrit comme un héros qui aurait préféré donner son respirateur à une personne plus jeune que lui pour le sauver. L’information a été infirmée. Mais cela n’enlève rien au magnifique témoignage de don de soi que ce bon prêtre nous laisse. Cette histoire révèle que nous avons tous besoin de héros en ces temps difficiles.

Don Giuseppe Berardelli, 72 ans, était un prêtre très aimé, de la paroisse de San Giovanni Battista, un petit village près de Bergame, qu’il parcourait à moto. Il est mort dans la nuit du dimanche 15 au lundi 16 mars à l’hôpital de Lovere où il était hospitalisé pour des problèmes pulmonaires qu’il avait depuis un an et qui se sont aggravés ces derniers jours, ayant contracté le covid-19. Alors que tous les hôpitaux de Lombardie étaient saturés, ne pouvant plus faire face à l’afflux des malades, les paroissiens du père Berardelli se seraient cotisés afin de lui acheter un respirateur selon un journal local. Mais il aurait refusé de s’en servir, demandant à ce qu’il serve à un patient plus jeune que lui.

Cette histoire de dévouement et de bonté a édifié les médias du monde entier ces dernières 24 heures. Des dizaines d’articles ont raconté son geste. Vraisemblablement parce que l’humanité a besoin de gestes exemplaires en ces temps difficiles pour tous. Et même si le souhait de Don Giuseppe Berardelli n’a pas été confirmé par son diocèse et les autorités, qu’importe ! Don Giuseppe aura été un prêtre aimé et apprécié, les témoignages de ses paroissiens sont sans équivoque.

Il savait écouter

Décrit comme « un homme simple, franc, d’une grande gentillesse et disponible pour tous, croyants et non-croyants », le prêtre était très apprécié, et participait à tous les événements de la région, sans jamais être intrusif. La maire du village de Fiorani, Clara Poli, raconte ainsi aux médias italiens, « c’était un prêtre qui écoutait tout le monde, il savait écouter, celui qui se tournait vers lui savait qu’il pouvait compter sur son aide. Grâce à lui, nous avons pu ouvrir notamment un Centre d’aide sociale, qui a permis d’aider tant de familles et de sans-abris. Sans lui, cela aurait été impossible… »

Faute de pouvoir assister à son enterrement, mais très émus par ce départ au ciel, les habitants du village se sont de concert retrouvés sur leurs balcons, à midi le lundi 16 mars,  pour l’applaudir. Partout en Italie, prêtres, religieux et religieuses continuent de s’occuper des plus pauvres au péril de leur vie… Des nombreux témoignages édifiants, porteurs d’héroïsme et de grande Espérance. Le Pape a d’ailleurs tenu à leur adresser un message de soutien.