Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Coronavirus : un médecin retraité qui avait repris du service est décédé

Une tente d'accueil Covid-19 accueillant des patients présentant les symptômes du virus a été mise en place devant le service des urgences de l’hôpital de Pau.
Partager

Jean-Jacques Razafindranazy est décédé samedi à Lille. Ce médecin à la retraite de 68 ans n’avait pas hésité à reprendre du service dans l’Oise au début de l’épidémie de Covid-19 pour soulager ses confères.

« Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ta houlette et ton bâton me rassurent ». C’est par cet extrait du Psaume 22 que le fils de Jean-Jacques Razafindranazy, médecin décédé samedi à Lille du Covid-19, conclut un hommage un bouleversant à son père dans un message publié sur Facebook.

Jean-Jacques Razafindranazy, 68 ans, était médecin urgentiste, et exerçait au sein du centre hospitalier de Compiègne (Oise) depuis cinq ans. Il est décédé samedi, au CHU de Lille (Nord) où il avait été transféré, après sa contamination au Covid-19 début mars. Selon le témoignage de ses enfants, le médecin revenait de vacances à Madagascar, « en pleine forme » à la fin du mois de février avant de présenter les premiers symptômes « début mars ».

Interrogé par le Parisien, son fils a par ailleurs précisé, « Mon père s’est sacrifié. Il était à la retraite et aurait pu arrêter mais il continuait à venir car il voulait toujours aider ses confrères surchargés. Il travaillait parce qu’il aimait ça, c’était sa vie ».  S’ils trouvent cela « injuste », ses enfants ont néanmoins pu témoigner de leur espérance, devant la vocation de leur père, qui aura, toute sa vie, été au service des autres.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]