Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Mgr Aupetit : « Ne surtout pas parler de « faire le tri » entre les malades »

Ludovic MARIN / AFP
Mgr Aupetit, archevêque de Paris.
Partager

Dans une lettre adressée aux soignants de France, Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris et ancien médecin, les remercie d’être « en première ligne » et évoque les « choix douloureux » auxquels ils pourront être confrontés.

Alors que l’épidémie de Covid-19 s’accélère, que le nombre de personnes de personnes décédées s’élève désormais à 562 en France, Mgr Michel Aupetit, qui a  exercé la profession de médecin généraliste avant d’être ordonné prêtre, s’adresse dans une lettre à ses « amis soignants ». « Je tenais tout d’abord à vous remercier d’être en première ligne pour secourir nos concitoyens », déclare-t-il en remarquant que tous les soignants aujourd’hui retrouvent ainsi le sens profond de leur vocation : « soigner vos frères humains qui sont dans la détresse ». Il espère que « la nation saura s’en souvenir quand les jours seront meilleurs ».

Dans son courrier, Mgr Aupetit évoque de « vrais problème de conscience » auxquels certains soignants pourraient être confrontés devant l’afflux des malades. « Lorsque ceux-ci seront plus nombreux que les respirateurs qui peuvent leur sauver la vie, vous pourrez être amenés à faire des choix douloureux ». Pour l’archevêque de Paris, il ne faut surtout pas parler de faire un tri entre les malades : « La fin recherchée, qui est de sauver la vie ou de soulager le patient, est commune à tous. Les moyens pour y parvenir doivent être proportionnés à la réalité sanitaire » rappelle-t-il en citant le pape Jean-Paul II :

« L’obligation morale de se soigner et de se faire soigner existe, mais cette obligation doit être confrontée aux situations concrètes ; c’est-à-dire qu’il faut déterminer si les moyens thérapeutiques dont on dispose sont objectivement en proportion avec les perspectives d’amélioration » (Lettre encyclique Evangelium Vitae).

L’archevêque en appelle donc au « discernement concerté entre soignants » pour ajuster la réponse en fonction de l’état du patient et de ses chances objectives de survie. « Cela relève de votre compétence et de votre responsabilité », conclut-il en proposant également son soutien spirituel personnel ainsi que celui des autres prêtres auprès des soignants comme auprès des mourants, des malades et de leurs familles.

À lire aussi : Ces saints qui ont vécu des épidémies en première ligne
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]