Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Coronavirus : au Vatican, on se prépare à une Semaine sainte sans précédent

Partager

Le programme de la semaine la plus importante de l’année liturgique va être chamboulé pour tous les chrétiens dans tous les pays frappés par la pandémie de coronavirus. Le Vatican, n’échappe à la règle.

Le Vatican s’apprête à vivre une Semaine sainte historique. La promulgation d’un décret par le cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et pour la discipline des sacrements, et donc en charge de tout ce qui concerne la liturgie sacrée, confirme ce qui semblait hélas inévitable. L’épidémie de coronavirus empêche, constate le cardinal guinéen, de célébrer la messe « communautairement » dans de nombreux pays. Des dispositions exceptionnelles ont donc été prises, et Rome va montrer l’exemple.

« Cœur de l’année liturgique », explique le haut prélat, « Pâques n’est pas une fête comme les autres ». Le Triduum pascal aboutissant à Pâques, puis la Pentecôte, ne seront donc pas reportés. Cependant, le décret du cardinal Sarah autorise les évêques à renvoyer à une date ultérieure la célébration des autres fêtes et expressions de piété populaire.

Un chemin de croix reporté ?

Il en va ainsi du chemin de croix, notamment. À Rome, le Pape conduit traditionnellement une procession retraçant en 14 étapes le Calvaire du Christ, partant de la place Saint-Pierre pour aboutir au Colisée. Si le Vatican n’a pas encore communiqué sur ce point, la Via Crucis est plus que menacée. La dernière fois qu’un souverain pontife n’a pas participé à cet événement remonte à 2005. Sept jours avant sa mort, le pape Jean Paul II déjà très affaibli avait malgré tout suivi la procession à la télévision.

Si le pape François applique à son diocèse les conseils de la Congrégation du culte divin, le chemin de Croix pourrait être remis à une nouvelle date, probablement les 14 et 15 septembre 2020, le 14 étant la fête de la Croix glorieuse, et le 15 celle de Notre-Dame des sept douleurs.

Un Triduum sans fidèles

Des aménagements peuvent être envisagés pour le Triduum pascal, explique le cardinal Sarah, pour faire en sorte que les chrétiens du monde entier puissent participer à ce moment-clé. Cependant, la Préfecture de la maison pontificale a fait savoir qu’il n’y aurait pas de fidèles lors de ces célébrations. Elles se tiendront en comité restreint, uniquement ecclésiastique, et seront toutes filmées afin de permettre une retransmission en direct dans le monde entier. Autre changement : la messe chrismale du Jeudi saint, lors de laquelle tous les prêtres renouvellent leur engagement, va être reportée. La date de remplacement n’a pas été encore choisie.

Interrogé par La Stampa le 20 mars, le Souverain pontife a expliqué comment il souhaitait vivre cette Semaine sainte si particulière, célébrée solidairement avec tant de fidèles en quarantaine ou confinement :

« Avec pénitence, compassion et espoir. Et humilité, parce que nous oublions souvent que dans la vie il y a des « zones d’ombre », des moments sombres. Nous pensons que cela ne peut arriver qu’à quelqu’un d’autre. Au lieu de cela, cette période est sombre pour tout le monde, personne n’est exclu. Elle est marquée par la douleur et les ombres qui sont entrées dans notre maison. »

En images : la Semaine sainte avec le pape François