Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Coronavirus : le Sacré-Cœur de Montmartre ferme pour la première fois de son histoire

SACRÉ CŒUR DE MONTMARTRE
Partager

« Si les églises de France restent ouvertes, la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre a fermé ses portes », vient d’indiquer Mgr Laverton, le recteur de la basilique. Une décision qui vise à répondre au « strict besoin de confinement de tous ».

Pour la toute première fois de son histoire, la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, à Paris, ferme ses portes. « La basilique est d’abord un grand sanctuaire mais c’est aussi l’un des monuments les plus visités de Paris », rappelle ainsi Mgr Laverton, le recteur de la basilique. « À la suite des dernières consignes gouvernementales et au strict besoin de confinement de tous, ces monuments sont désormais fermés au public ». Une décision qui a été prise en accord avec Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris.

Alors que cette fermeture advient au cœur même du jubilé qui célèbre les cent ans de sa consécration, le recteur y voit « une invitation à poursuivre autrement cet anniversaire ». En effet, pendant cette période de confinement, la communauté des Sœurs bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre continue à assurer le relais de l’adoration eucharistique qui n’a jamais été interrompu depuis le 1er août 1885. « Aussi, si la basilique ne peut plus vous accueillir, nous vous proposons jusqu’à la fin du confinement de vous unir à distance en communion de prière et de porter en particulier les intentions qui nous sont confiées en cette année du jubilé », rappelle Mgr Laverton.

« Alors même que nous sommes appelés au confinement, ce grand mouvement de communion dans la foi et la prière au-delà des distances nous donne de vivre cette volonté de fraternité, de solidarité et de service », assure le recteur de la basilique. « Que ce temps du Carême vécu cette année de manière si particulière nous donne de nous unir à Jésus pour nous tourner vers le Père, unis dans la communion de son amour, afin qu’il nous donne d’avancer au-delà des craintes et des doutes avec plus de confiance et de paix, plus enracinés dans l’essentiel : le Christ, notre Sauveur et notre espérance ».