Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Confier notre existence » à saint Joseph : le conseil du pape François face au coronavirus

Partager

« Gardien des familles », saint Joseph prend soin de « manière spéciale » des malades et des personnes risquant leur vie pour les victimes, a assuré le pape François lors de l’audience générale du 18 mars 2020 prononcée depuis sa bibliothèque privée au Palais apostolique du Vatican, le pape François. Le souverain pontife a invité les fidèles à prier le chapelet à l’occasion de la saint Joseph.

Que ce soit au travers de sa famille ou de son travail, dans les moments de joie comme dans la douleur, saint Joseph a toujours « cherché et aimé » le Seigneur, a expliqué le pape François lors de l’audience générale du 18 mars. « Invoquez-le toujours, surtout dans les moments difficiles, et confiez votre existence à ce grand saint », a enjoint le pontife à la veille de la solennité de saint Joseph, fêtée le 19 mars.

« Je fais mien l’appel des évêques italiens qui, dans cette urgence sanitaire, ont appelé à un moment de prière pour tout le pays », a poursuivi le primat d’Italie. Ce 19 mars, chaque famille, chaque fidèle, chaque communauté religieuse, « tous unis spirituellement », pourront réciter le chapelet à 21h en méditant les mystères lumineux, a-t-il demandé. Protecteur de la Sainte-Famille, saint Joseph est aussi le gardien de toutes les familles et prend soin de « manière spéciale » des malades et des personnes risquant leur vie pour les victimes : les médecins, les infirmières et les volontaires, a-t-il égrainé.

Durant sa catéchèse, le souverain pontife a par ailleurs commenté la cinquième Béatitude : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ». Il s’agit de la seule Béatitude où la cause et le fruit « coïncident », a-t-il relevé : cela signifie que ceux qui exercent la miséricorde seront « objets de miséricorde ». Le pardon donné et le pardon reçu ne peuvent donc pas être « séparés ».

« En pardonnant, on est pardonné »

Si, comme l’indique l’Évangile, la mesure dont nous nous servons pour les autres sera aussi la mesure qui servira pour nous, il convient « d’élargir » cette mesure, de « remettre nos dettes, de pardonner ». Tel est le « secret » de la miséricorde : « en pardonnant, on est pardonné ». Chacun doit se souvenir qu’il a besoin de pardon et de patience. La miséricorde est en effet le « centre de la vie chrétienne », « la libération » et le bonheur de l’homme. Comme « l’air à respirer », les fidèles ne peuvent se passer d’elle.

En réalité, a insisté le Pape, si le christianisme ne conduit pas l’homme à la miséricorde, c’est que celui-ci a pris le « mauvais chemin ». Il s’agit en effet de « l’unique vrai but de la vie spirituelle », le fruit le plus beau de la charité. Mais Dieu précède l’homme en matière de pardon, a rappelé le successeur de Pierre. C’est en recevant son pardon que l’homme peut pardonner à son tour.

Vivre les « 24 heures pour Dieu » en temps de confinement

Les 20 et 21 mars, doit normalement se tenir l’initiative ‘24 heures pour Dieu’, a encore noté le successeur de Pierre. Le pape François avait lancé cette proposition spirituelle au moment du Jubilé de la miséricorde en 2016 : les fidèles du monde entier sont invités à se confesser entre le vendredi et le samedi précédant le quatrième dimanche de Carême.

Si cet événement ne peut pas se dérouler de la manière habituelle en raison de l’émergence du coronavirus dans certains pays, notamment d’Europe, cette tradition « continuera » dans toutes les autres régions du monde. Le Pape a encouragé les fidèles qui peuvent y participer à aborder sincèrement la miséricorde de Dieu dans la confession et à prier spécialement pour ceux qui sont « dans l’épreuve » à cause de la pandémie. Les autres, confinés chez eux, pourront vivre ce « moment pénitentiel » grâce à la prière personnelle.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]