Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Femmes : six positions à éviter pour ne pas avoir mal au dos

Partager

« Tiens-toi bien ! » Combien de fois avons-nous entendu cette injonction, lorsque, enfants, nous écrivions penchées sur nos cahiers ou que, adolescentes, nous semblions porter le poids du monde sur nos épaules ? Et aujourd’hui que nous sommes grandes, laquelle de nous n’a jamais mal au dos ? Trop souvent, c’est quand nous souffrons que nous réalisons que le corps est un don précieux de Dieu. N’attendons pas d’en avoir plein le dos pour en prendre soin.

Jacques Patté, kinésithérapeute et auteur de Le grand livre de la méthode Mézières (Eyrolles), pointe pour Aleteia les mauvaises positions adoptées le plus souvent par les femmes, à l’origine de douleurs au niveau du dos. Imaginée il y a 70 ans, la méthode Mézières considère le corps comme une unité : toutes ses parties sont en relation par le biais de chaînes musculaires et des suites articulaires. Les problèmes posturaux, physiques, psycho-émotionnels ou psycho-comportementaux engendrent des schémas de crispation et de raideur. Au fil du temps, ils font perdre au corps sa liberté de mouvement. Voici les six conseils de ce pionnier.

Mauvaise position n°1
Travailler les jambes croisées

Cela met le bassin en torsion. Comme il est au centre du corps, il se crée alors un phénomène de tension musculaire jusqu’à la nuque et les épaules. Cette mauvaise position crée aussi des problèmes au niveau du système veineux lymphatique. Quand elles sont assises, certaines femmes laissent leurs pieds reposer sur la pointe. Cela crée des résonances musculaires au niveau du dos et de la nuque, causes de céphalées ou de cervicalgies.

La bonne position : s’asseoir avec la pointe des fesses au fond du siège et les bras appuyés sur un accoudoir. Cela conditionne la détente des épaules, de la nuque, et du reste du corps. Bien s’asseoir enlève beaucoup de fatigue et de tensions.

Mauvaise position n°2
Porter des talons trop hauts

Shutterstock/Africa Studio

Se percher sur des talons de dix centimètres déséquilibre l’ensemble du corps et oblige tous les muscles du dos à travailler en permanence pour compenser. C’est une suite de rattrapages : les muscles du pied se crispent, la cheville est verrouillée – elle est pourtant indispensable à la position debout – des tensions se créent au niveau de la voûte plantaire et des orteils. Les muscles du mollet se rétractent. Ils sont des maillons essentiels de la chaîne musculaire postérieure qui va des orteils jusqu’au haut du crâne en passant par le talon et la nuque, d’où des répercussions possibles au niveau du dos.

Les praticiens méziéristes travaillent sur les rétractions musculaires à l’origine des douleurs. Nous avons besoin de souplesse pour nous mouvoir. Or, un muscle contracté perd de son élasticité et des contraintes articulaires se mettent en place. Elles nous tassent et nous vrillent car notre corps est en trois dans les trois plans de l’espace. Il a une faculté d’adaptation mais jusqu’à une certaine mesure Au-delà, des problèmes locaux ou plus globaux apparaissent.

La bonne attitude : avoir le pied à plat. On peut porter des petits talons habituellement mais cela dépend de l’équilibre du bassin. Si l’on tient aux talons hauts, ne surtout pas les porter en permanence. Pour se déshabituer, on peut descendre provisoirement à cinq puis à quatre centimètres.

Mauvaise position n°3
Porter son sac sur une épaule

Nick Starichenko - Shutterstock

Porter d’un côté un sac trop lourd déséquilibre la ligne des épaules et le bassin. Pour empêcher la bretelle de tomber, on « scotche » l’omoplate au tronc et on entrave les mouvements du bras. Cela entraîne des tensions et des contractures, des douleurs, des points dans le dos. Il est pourtant indispensable de garder la liberté d’épaule car elle conditionne aussi la liberté respiratoire.

Le mieux est de porter son sac à bout de bras ou en bandoulière. Evitez aussi la prise marteau (porter le sac sur l’avant-bras ou au pli du coude) qui occasionne des tensions et des douleurs de bras.

Mauvaise position n°4
Pendant une grossesse

PREGNANCY
Syda productions | Shutterstock

Les problèmes posturaux entraînés par la grossesse sont importants : sur le bassin, le système veineux et lymphatique, la digestion, etc. Après l’accouchement, la bonne posture ne se retrouve pas automatiquement car une grossesse dure longtemps.

Il faut la rééquilibrer d’abord par un travail sur la posture et notamment sur le bassin et le dos. Ensuite, on peut tonifier certains éléments en faisant de bons abdominaux. Attention à certains mouvements totalement contre-indiqués pour le périnée sur lequel ils peuvent créer une tension, entravant son rôle de soutien.

Mauvaise position n°5
Bloquer sa respiration

Stressed Out Woman
Shutterstock

Le stress ne semble avoir aucun rapport direct avec les mauvaises postures. Pourtant, le stress vécu au bureau ou au retour à la maison, peut provoquer des tensions musculaires et occasionner des troubles fonctionnels. La constipation en est un et les femmes y sont particulièrement sujettes. La respiration en est un autre : si elle est « verrouillée », elle entraîne des effets en cascade. Le diaphragme, qui s’attache sur les vertèbres lombaires, scinde la sphère abdominale et le thorax. S’il est bloqué (l’impression d’avoir le souffle coupé), le dos, la digestion et la respiration peuvent être affectés.

Libérer sa respiration ne se fait pas uniquement par des exercices respiratoires. En méthode Mézières, un travail libérateur peut être effectué en améliorant la posture, en libérant les crispations et en prenant conscience des tensions inutiles qui bloquent la respiration.

Mauvaise position n°6
Pratiquer de mauvais mouvements de gym

Quand on veut faire du sport, il faut avoir conscience que le corps est un tout. Les personnes qui ont une mauvaise posture la gardent quand elles courent. Ensuite, elles font bien souvent des étirements inadaptés et risquent de se faire mal. Quand on étire des groupes musculaires, il y a toujours un effet « distance » qui s’opère c’est-à-dire une répercussion sur d’autres parties du corps.

Les abdominaux doivent être toniques et élastiques. Il ne convient pas de les bétonner en enchaînant de grandes séries et surtout pas en bloquant sa respiration. Cela pousse dans le ventre et cause une trop grande pression sur la partie basse de l’abdomen. La fonction des abdominaux doit être associée à la posture globale, notamment au dos et à la respiration. Les muscles essentiels à solliciter sont le transverse de l’abdomen, plus que les grands droits.