Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Cette jeune médecin a sauvé plus de 5.000 enfants

IRENE KYAMUMMI
Harambee.es
Partager

Grâce à son travail au Kenya, Irène Kyamummi, 36 ans, a pu sauver plus de 5.000 enfants, réduisant ainsi la mortalité infantile du pays. Médecin de profession, elle a reçu le prix Harambee, le 5 mars dernier, pour récompenser son travail.

Harambee signifie « tous ensemble » en swahili, l’une des langues nigéro-congolaises parlées en Afrique. Le mot donne son nom à un prix qui distingue chaque année une personne qui a contribué à la promotion et à l’égalité des femmes africaines. Irène Kyamummi, médecin de profession, est la lauréate de cette année. Grâce à son travail, elle a réussi à sauver plus de 5.000 enfants au Kenya et espère continuer son œuvre en Ouganda, son pays d’origine, où la mortalité infantile s’élève à 55 décès pour 1.000 enfants. Afin de comprendre l’étendue du problème, on peut comparer ces chiffres avec les données de pays comme la France, où le taux de mortalité infantile est de 3,7 décès pour 1.000 naissances.

Irène a 36 ans. Elle est née dans la capitale de l’Ouganda, Kampala, et a étudié la médecine à l’Université Makerere, la deuxième plus importante du pays. Une fois diplômée, elle a travaillé à l’hôpital de Mulago, le plus grand hôpital public du pays.

Elle a eu l’opportunité d’émigrer en Europe – le lien académique avec la métropole de Londres est toujours très fort-, mais elle a estimé que son travail serait plus utile sur sa terre d’origine, où elle pourrait aider les nombreuses personnes qui ont besoin de soins médicaux.

Les enfants plus importants que le prix Nobel

Son travail s’est toujours concentré sur les tout-petits mais elle n’a pas perdu l’habitude d’étudier « pour être mieux préparée » : elle s’est ainsi également spécialisée en anesthésie et en soins intensifs. Son parcours est le reflet parfait de sa motivation : « Je ne cherchais pas à m’approcher du prix Nobel mais des enfants qui avaient besoin d’un médecin. »

IRENE KYAMUMMI
Harambee.es

Irène Kyamummi voulait être médecin depuis sa plus tendre enfance et a préféré rester en Afrique pour aider ses concitoyens. Grâce au projet appelé « TB-Child Project », elle a réussi à faire progresser la guérison des enfants atteints de tuberculose en Ouganda.

IRENE KYAMUMMI
Maya Balanya | Harambee.es

Plus tard, elle s’est pleinement impliquée dans ce qui est désormais son travail prioritaire : le Child Health Project (CHEP), qu’elle a développé pendant deux ans au Kenya et qui sera désormais implanté en Ouganda. Son rêve est d’étendre cette prise en charge à tous les enfants du continent africain.

Formation des mères

Grâce au CHEP, les enfants reçoivent deux à trois bilans annuels. Irène les effectue en s’appuyant sur les écoles rurales, qui l’aident à examiner l’ensemble des enfants de la localité. Lors de ces visites, le jeune médecin exclut la présence de parasites dans l’organisme des enfants, applique un traitement si nécessaire et freine la malnutrition qui affecte les enfants.

En parallèle, elle donne des formations aux mères pour qu’elles sachent comment prendre soin d’un bébé, en leur expliquant notamment les habitudes d’hygiène et de nutrition saine à suivre. Elle profite également de ce temps partagé pour lever les doutes et briser les superstitions.

Combien coûte les soins pour un enfant ?

Le Dr Kyamummi est très clair : « Avec environ 50 euros, nous pouvons assurer la prise en charge médicale d’un enfant pendant 10 ans ». C’est pourquoi elle demande aux gens de tous les continents de contribuer à ce projet par le biais des « bourses de santé » soutenues par l’ONG Harambee.

Pour Irène, « il est important d’apprendre aux mères à bien nourrir leurs enfants et à savoir quand elles devraient consulter un médecin. Le taux de mortalité est très élevé mais avec ce projet en cours, nous constatons que le travail est très efficace et mérite d’être poursuivi ».

IRENE KYAMUMMI
ISABEL PERMUY | Harambee.es

Le CHEP a été conçu pour les régions d’Afrique subsaharienne. Les travaux du Dr Kyamummi se sont d’abord concentrés sur la région de Limuru, près de Nairobi (la capitale du Kenya). La prochaine étape pour Irène est la mise en œuvre du CHEP dans les environs de Kampala, la capitale où elle a grandi et dont elle connaît bien les habitants et leurs besoins.

Lancement d’un hôpital

Le prix Harambee lui a été décerné le 5 mars, à Madrid (Espagne). Il est parrainé par les laboratoires René Furterer, de Pierre Fabre, qui entretiennent une relation étroite avec l’Afrique car ils utilisent du beurre de karité (arbre poussant dans la savane africaine) dans leurs produits cosmétiques avec le label Karité éthique. Irène Kyamummi profitera du voyage en Espagne, qui est également à charge du sponsor, pour donner des conférences dans plusieurs villes et collecter davantage de fonds.

 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]