Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 04 décembre |
Sainte Barbe
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Peut-on pardonner à un collègue une affreuse crasse ?

SICK

Shutterstock | fizkes

Pierre d’Elbée - publié le 07/03/20 - mis à jour le 01/08/22

Un pardon sincère contribue à restaurer la confiance trahie. Il suppose d’être donné et reçu.

Steve Jobs l’avait débauché de Coca Cola en 1983 en lui adressant cette phrase désormais célèbre : « Vous comptez vendre de l’eau sucrée toute votre vie ou vous voulez changer le monde avec moi ? » Quand John Sculley débarque chez Apple, il devient l’ami de son fondateur. Deux ans plus tard, John et Steve s’opposent sur la stratégie à mener. Le conseil d’administration finit par limoger Steve Jobs, et arbitre en faveur de John Sculley qui prend sa place à la tête du groupe jusqu’en 1993. Cette situation sera vécue comme une intense trahison par Steve Jobs.

La déloyauté est monnaie courante dans les organisations. Mais la trahison va au-delà : par la rupture d’une confiance entière, par son côté inattendu, par la force de l’enjeu et l’émotion suscitée. C’est une prise de conscience terrible et plus courante qu’on ne le croit. Elle est vécue par les employés aux mains de directions peu scrupuleuses, par les managers en danger lâchés par leur hiérarchie, ou cloués au pilori par des collègues ambitieux, et évidemment par les employés vis-à-vis de qui des engagements essentiels ne sont pas tenus.

Pardonner ou communiquer ?

Que penser des conseils qui visent à « gérer » la trahison ? Rester calme, communiquer avec le traître, aller crier dans la forêt… me paraissent des techniques un tantinet dérisoires par rapport à la blessure intime d’une trahison. Je ne vois pas d’autres attitudes — comme pour la trahison amoureuse — que le pardon ou la rupture. Je passe sur la rupture, exclusion de l’autre ou décision de quitter sa fonction : c’est la solution la plus simple, souvent la plus raisonnable… quand elle est possible.

Que se passe-t-il quand on est obligé de rester en relation avec une personne dont on se sent trahi ? Fulminer, oublier (mais est-ce vraiment possible ?) ou se réconcilier ? Le pardon n’est pas un mot courant dans le monde professionnel. On veut bien évoquer — provisoirement et dans des cas précis — le droit à l’erreur, mais le pardon ? Neuf mois après le scandale du dieselgate, le patron de Volkswagen Mattias Müller a bien demandé pardon aux actionnaires  : « Au nom du groupe Volkswagen, je demande aux actionnaires pardon d’avoir trahi leur confiance. » On peut interpréter ce genre de déclaration comme pure communication, mais précisément, ce type de déclaration ne fonctionne pas si les personnes à qui l’on s’adresse n’y voient que de la « com’ ». Une demande de pardon factice peut même produire l’effet inverse et augmenter l’indignation !

Le pardon restaure la confiance

On ne plaisante pas avec ce qui touche à la confiance interpersonnelle. On finit toujours par payer cher le cynisme qui banalise la trahison et ridiculise le pardon. Un pardon sincère contribue à restaurer la confiance trahie. Il suppose d’être donné et reçu. L’un est aussi difficile que l’autre. Il se fonde sur des paroles senties, sur des actes visibles, sur un temps long. Il est la marque de la personne profonde, qui au-delà de tout personnage, veut effacer le tort commis.

Le plus grand regret de John Sculley ? N’avoir pas réembauché Steve Jobs lorsqu’il était encore à la tête d’Apple. « Je ne l’ai pas fait, ça a été une grave erreur. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi je n’ai pas eu la sagesse de le faire. » Trahison et pardon, deux extrêmes de l’être humain capable du pire comme du meilleur. Être lucide sur la trahison ne doit pas désespérer : des personnes arrivent à se pardonner des actes graves, où sinon, regrettent amèrement de ne pas l’avoir fait. Comme John Sculley.

Tags:
managementPardonTravail
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement