Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 06 décembre |
Saint Nicolas de Myre
home iconActualités
line break icon

Coronavirus : comment assurer les cours à la maison en cas de fermeture d’école ?

DAD,HELPS,DAUGHTER

Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 03/03/20

A ce jour, 33.700 élèves sont privés d’école dans l’Oise, en Haute-Savoie et dans le Morbihan jusqu’au 14 mars inclus. Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé le 1er mars la mise en place de cours à distance via le Cned pour assurer la « continuité pédagogique » pour les élèves de la grande section à la Terminale.

Les préfets et les agences régionales de santé ont décrété ce week-end la fermeture des écoles dans treize communes françaises particulièrement touchées par le coronavirus, en vue de freiner sa propagation. Trois foyers d’épidémie ont été identifiés, provoquant la fermeture des établissements scolaires environnants : dans l’Oise (à Creil, Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lamorlaye, Lagny-le-Sec, La Croix-Saint-Ouen, Montataire, Nogent-sur-Oise et Villers-Saint-Paul), en Haute-Savoie, à La Balme-de-Sillingy, et dans le Morbihan (à Auray, Carnac et Crac’h). Cependant, n’en déplaise aux élèves, fermeture d’écoles ne rime pas avec vacances ! Le ministère de l’Education nationale est organisé pour faire face aux épidémies et favoriser la continuité des apprentissages.

« Ma classe à la maison » : l’enseignement en ligne

« Dans la majorité des foyers », rapporte la coprésidente de l’Apel de l’école primaire Saint-Michel à Carnac à nos confrères de Ouest France, « un parent sur les deux se charge de s’occuper des enfants, avec l’arrêt de travail ». En effet, les parents sans solution de garde peuvent se voir accorder un arrêt de travail par un médecin habilité par l’Agence régionale de santé afin de rester avec leur enfant à la maison. D’autres ont pu bénéficier de conditions de télétravail. Néanmoins, difficile de devenir du jour au lendemain l’enseignant de ses propres enfants ! C’est pourquoi l’Education nationale a instauré un dispositif de « classes virtuelles », piloté par le Centre national d’enseignement à distance (Cned). L’objectif est de maintenir un lien pédagogique entre les professeurs et les élèves, d’entretenir les connaissances déjà acquises et de permettre l’acquisition de nouveaux savoirs.


NAUCZANIE DOMOWE

Lire aussi :
6 idées reçues sur l’enseignement à la maison

Ce service s’appuie sur une plateforme pédagogique gratuite du Cned appelée « Ma classe à la maison » et est accessible aux élèves de la Grande Section à la Terminale, sans toutefois d’obligation. En complément des supports et exercices adressés par mail à leurs élèves, les professeurs peuvent ainsi communiquer avec leurs élèves et les accompagner pendant toute la période de fermeture. Ces derniers peuvent également intervenir et poser des questions. Les élèves pourront accéder gratuitement à « environ trois ou quatre heures d’activités par jour dans des matières différentes », assure Édouard Geffray, directeur général scolaire de l’enseignement scolaire. Un outil déjà utilisé par les quelque 2.000 élèves des lycées français en Chine. Nul besoin de matériel sophistiqué : une tablette, un ordinateur ou un téléphone suffisent. Si collégiens et lycéens peuvent travailler de façon autonome, la présence d’un parent reste toutefois « indispensable pour les jeunes élèves », a néanmoins souligné Édouard Geffray.

Si environ 35.000 élèves, confinés à ce jour, pourraient avoir accès à cette plateforme, le Cned est en mesure de proposer des cours dans toutes les matières, pendant quatre semaines, à 6 millions d’élèves connectés en même temps. Il reste donc de la marge, au cas où la propagation du coronavirus contraindrait d’autres établissements à fermer leurs portes.

Tags:
CoronavirusÉducation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Matteo Farina; Chiara Badano, Carlo Acutis
Marzena Devoud
Ils n'ont pas attendu d'être adulte pour être...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement