Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Le Vatican ouvre ses archives sur Pie XII

VATICAN APOSTOLIC ARCHIVE
Partager

Plusieurs dizaines de millions de documents de toutes sortes concernant le long pontificat de Pie XII (1939-1958) sont accessibles aux chercheurs à partir du 2 mars 2020. Les différents responsables des nombreux fonds d’archives ont donné une idée du véritable trésor historique qu’un tel fonds représente.

Les historiens étaient nombreux à se presser le 21 février à l’Augustinianum, à proximité du Vatican, pour une journée de conférence détaillant la gigantesque somme d’archives que le Saint-Siège va mettre à leur disposition le 2 mars. « Peu importe le verdict final, a déclaré le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, en ouverture de cette journée, l’Église souhaite que les historiens comprennent l’image qu’elle a d’elle-même ».

Le cardinal italien a montré beaucoup de sérénité devant la présentation de ce fonds très important d’archives, malgré les polémiques qui entourent le pontificat de Pie XII. Comme Benoît XV, a tenu à souligner Johan Ickx, responsable des archives historiques de la section pour les rapports avec les États de la secrétairerie d’État, Pie XII a souffert de la réputation « indélébile » d’être un « pape allemand ».

Si le pape a de fait souffert de son « incapacité à passer à l’action » sur le plan diplomatique lors du conflit, les documents sur le point d’être rendus publics montrent qu’il a mis en œuvre un “effort exceptionnel » sur le plan humanitaire, a déclaré Alejandro Dieguez, des Archives apostoliques vaticanes. « L’Église du silence » a déployé un nombre d’activités caritatives pécuniaires, matérielles et diplomatiques très importantes en faveur des prisonniers de guerre, des blessés, des populations civiles pendant le conflit ont détaillé les archivistes.

Les « temps difficiles » et les « nouvelles aspirations »

C’est sous la houlette de Mgr Baldelli, en charge de l’Œuvre d’Assistance pontificale pendant cette période, que sera fondé Caritas Internationalis, confédération des œuvres humanitaires catholiques, a expliqué Francesca Di Giovanni, des Archives apostoliques vaticanes. Le fond d’archives, des écrits, photographies ou documents cinématographiques montrent aussi le rôle clé joué par l’Eglise dans la reconstruction après-guerre, notamment en Italie.

Alejandro Dieguez a tenu à rappeler que le pontificat de Pie XII ne se résumait pas aux « temps difficiles », mais était aussi celui où la question des « nouvelles aspirations » s’était posée au sein de l’Église. Sur ce point, la présentation de documents du théologien Pierre Teilhard de Chardin, une correspondance avec le philosophe Jacques Maritain ou encore des notes sur les mouvements de prêtres ouvriers montrent l’effervescence intellectuelle et spirituelle à laquelle a été confronté le pontificat. Que ce soit en matière de liturgie ou sur des thèmes de société, l’archiviste a tenu à souligner l’importance de la pensée critique de l’Église sous ce pontificat précédant celui de Jean XXIII et le Concile Vatican II (1962-1965).

Plusieurs documents historiques exceptionnels

Parmi les archives accompagnant ce « mouvement de fond », on note notamment les comptes-rendus accompagnant la découverte des manuscrits de la Mer Morte en 1947. Autre document présenté, celui abolissant la formule ‘Pro perfideis Judaeis’ (‘Pour les Juifs perfides’) lors de l’office du Vendredi Saint, celle-ci étant jugée « antisémite » par l’auteur du document. La question des régimes autoritaires et des idéologies est également centrale lors du pontificat, ont expliqué plusieurs archivistes lors de leur présentation. La confrontation aux régimes nazi et communistes est présente à tous les échelons du petit État, de la diplomatie aux implications théologiques.

S’arrêtant sur la période de la Seconde guerre mondiale, les archivistes de la Fabrique de saint Pierre ont ainsi montré à l’assemblée les documents administratifs de deux jeunes femmes juives toutes deux employées à la fabrique vers 1939. Un tel travail leur assurait un lieu sûr durant l’occupation. Pour sa part, l’archiviste du Tribunal de la Signature apostolique a dévoilé une série de décrets promulgués durant la Seconde guerre mondiale attestant de l’attention de ce pontificat aux situations extrêmes sur le plan pastoral, notamment dans les camps de concentration. Une plus grande latitude sur le plan des absolutions collectives avait par exemple été concédée.

Les archivistes ont présenté par ailleurs plusieurs documents historiques exceptionnels, comme la première lettre envoyée de Calcutta par sainte Mère Teresa, dans laquelle elle explique avoir entendu un appel « lui demandant de s’habiller comme une indienne et de se mettre au service des pauvres ». Autre document notateur, une photo présentant le pape en présence des coureurs cyclistes du Giro d’Italia en 1946.

Rien de « caché » par l’Église

La lettre envoyée par l’évêque de Nagasaki après le largage de la bombe atomique le 9 août 1945, dans laquelle il explique avoir tout perdu, a aussi été présentée. Enfin, dans un autre registre, a aussi été évoquée dans l’Index (ouvrage référençant les œuvres condamnées par l’Eglise, qui tombe néanmoins en désuétude pendant ce pontificat) les noms des intellectuels français André Gide et Jean-Paul Sartre.

En conclusion, Mgr Sergio Pagano, préfet des Archives du Vatican, a insisté sur la nécessaire consultation des multiples sources désormais mises à disposition pour comprendre Pie XII : c’est seulement en croisant ces documents que les historiens pourront parvenir à la vérité. Il a également réagi aux accusations de certains journaux prétendant que le Vatican cherchait à dissimuler certains agissements du défunt pape. En dévoilant des archives, il n’est pas possible de « cacher » des choses, a-t-il déclaré. Les Archives du Vatican sont d’abord « au service » de la science et de la culture et remplissent cette fonction en dévoilant les archives de Pie XII.

Ce pape a été trop limité à ses « silences présumés » durant la Seconde guerre mondiale alors que son pontificat est extrêmement « riche » et « moderne » sur certains points, a encore pointé le prélat. Il a à titre d’exemple salué le fort intérêt du pontife italien en matière d’actualité, soulignant sa lecture assidue des journaux. Enfin, Pie XII était un « pape pauvre », vêtu très simplement, a-t-il rappelé.