Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un nouvel autel pour « la petite Notre-Dame » de Bagneux

wikimedia
Partager

Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, va présider ce samedi 22 février une messe de consécration du nouvel autel de l’église Saint-Hermeland de Bagneux. Après deux ans de travaux de rénovation complète, celle qu’on appelle aussi la « petite Notre Dame » a retrouvé sa beauté originelle.

C’est dans une église totalement restaurée, après deux ans d’importants travaux, que Mgr Matthieu Rougé consacrera ce samedi 22 février, à 10h, le nouvel autel de Saint-Hermeland, à Bagneux. Lors de cette célébration rare et exceptionnelle, l’évêque placera dans l’autel un reliquaire contenant un ossement de saint Hermeland. Il s’agit de l’os du talon, prélevé en 1848 sur les reliques du saint conservées à la collégiale de Loches (Indre-et-Loire), en remplacement des reliques dispersées à la Révolution. Né à Noyon (Oise), saint Hermeland (640-718) renonça à une belle carrière à la cour de Clotaire III, pour devenir moine à l’abbaye de Saint-Wandrille avant de fonder une nouvelle abbaye sur l’île d’Aindre (estuaire de la Loire), où il mourra en réputation de sainteté.

diocèse nanterre

La petite Notre-Dame

La petite église de Bagneux, dédiée au saint, fut construite entre 1160 et 1230, à peu près comme sa célèbre grande sœur Notre-Dame de Paris, avec laquelle elle partage les pierres de la même carrière et sans doute les mêmes ouvriers, d’où son surnom de « petite Notre-Dame ». Relativement méconnue du grand public, elle est pourtant célèbre chez les spécialistes de l’art gothique, et fut l’une des premières à être classée monument historique en 1862, la même année que le Mont-Saint-Michel. Intégralement restaurée ces deux dernières années, « des dalles de la nef à la toiture du clocher » notamment par la ville, propriétaire de l’édifice, son intérieur blanc et lumineux offre aux paroissiens un lieu de silence et de prières exceptionnels.

À découvrir aussi: ces sanctuaires qui se parent de nouveaux autels

 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]