Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 30 novembre |
Saint André
home iconFor Her
line break icon

Quelles douleurs se cachent derrière le post partum ?

MOM,BABY,SLEEP

Stocksy

Mathilde de Robien - Publié le 20/02/20

Si la naissance d’un premier enfant est dans la majorité des cas une source de grande joie pour des parents, il n’en demeure pas moins que la période post accouchement n’est pas facile pour les jeunes mères. Abécédaire de ces douleurs à la fois physiques et psychiques, qui touchent toutes les nouvelles mamans.

Si l’on devait retenir une chose de la déferlante du hashtag #MonPostPartum sur les réseaux sociaux, c’est visiblement le manque cruel d’informations à propos des suites de couches. Il semblerait que les photos de Kate Middleton, rayonnante et pimpante sept heures après son accouchement, ou de Rachida Dati de retour au travail cinq jours après une césarienne, aient laissé croire que l’accouchement n’était qu’une simple formalité. Mais si on a la chance de pouvoir poser des questions à sa mère, sa sœur, sa meilleure amie ou à la sage-femme qui nous suit, on découvre effectivement que les semaines qui suivent l’accouchement ne sont pas faites uniquement de sourires béats d’admiration devant son nouveau-né. Voici un petit abécédaire qui présente les principales douleurs physiques et morales liées au post partum, qui diffèrent selon les femmes et les accouchements.

Baby blues

Pleurs, irritabilité, épuisement, sentiment de ne pas être à la hauteur, le baby blues est un épisode de déprime qui touche 60% des femmes qui viennent d’accoucher. Il survient généralement trois jours après la naissance, en raison de la fatigue, du bouleversement hormonal (chute des progestatifs, les hormones de grossesse) et psychologique. En principe, il ne dure pas plus de quinze jours et ne nécessite pas de traitements particuliers si ce n’est l’attention et le soutien de l’entourage de la jeune maman. À ne pas confondre avec la dépression du post partum.

Césarienne

Intervention chirurgicale consistant en une incision dans l’abdomen et l’utérus, la césarienne concerne aujourd’hui une femme sur cinq. Programmée (en raison de la position de l’enfant, de la localisation du placenta, de grossesse multiple ou antécédents) ou pratiquée en urgence (pour anomalie du rythme cardiaque de l’enfant par exemple), elle laisse une cicatrice dont il faut prendre soin et qui reste douloureuse durant une quinzaine de jours voire un mois. Les fils sont généralement retirés entre le 5ème et le 10ème jour.

Crevasses

Difficultés liées aux premiers jours de l’allaitement, les crevasses sur les mamelons ou l’aréole sont de minuscules gerçures mais très douloureuses. Souvent dues à une mauvaise position du bébé lorsqu’il tète, elles peuvent même saigner. Il existe des crèmes à base de lanoline afin de préparer, un mois avant l’accouchement, les bouts de seins, puis à appliquer avant et après chaque tétée.


BREAST-FEEDING

Lire aussi :
Les pouvoirs méconnus des hormones liées à l’allaitement

Dépression du post partum

Plus grave et plus longue que le baby blues, la dépression du post partum peut survenir tout au long de la première année de vie du bébé. Elle concerne 10 à 15% des mères, apparaît la plupart du temps entre la 6ème et la 9ème semaine après l’accouchement et peut durer de six mois à un an. La jeune mère ressent une tristesse intense et durable, une perte d’élan vital et d’intérêt pour les activités du quotidien, un sentiment d’incapacité face à son enfant ainsi qu’une fatigue intense éprouvée souvent dès le matin. Il s’agit d’une dépression majeure qui nécessite une prise en charge médicale.

Engorgement

C’est le trop plein de lait dans la glande mammaire et l’impression que les seins vont exploser. Ils sont gonflés, durs et douloureux et l’engorgement peut entraîner un peu de fièvre. L’engorgement mammaire est le plus souvent lié au nombre insuffisant de tétées, ou à l’arrêt brutal de l’allaitement.




Lire aussi :
La dépression post-partum est-elle un passage obligé ?

Épisiotomie

L’épisiotomie est une intervention qui consiste à inciser le périnée lors de l’accouchement, pour faciliter la sortie du bébé et éviter les déchirures graves spontanées. La zone reste douloureuse les premiers jours et une gêne peut persister 2 à 3 semaines. Les fils se résorbent (ou sont retirés) au bout de 5 à 10 jours. Après chaque passage aux toilettes, il faut rincer la cicatrice et la sécher soigneusement.

Hémorroïdes

Elles peuvent survenir pendant la grossesse, en raison de la grande quantité de sang qui circule dans les veines pendant cette période, mais aussi après l’accouchement. La pression de l’utérus sur les veines de la région anale étant très intense lors de la poussée, plusieurs femmes souffrent d’hémorroïdes post accouchement.

Incontinence

L’accouchement malmène le périnée. Résultat, il peine à soutenir le sphincter de l’urètre dans son rôle de continence. Les fuites urinaires après accouchement sont donc courantes. Pour que les tissus récupèrent leur tonus, un temps de repos est nécessaire, ainsi que la rééducation du périnée à entreprendre six à huit semaines après l’accouchement.

Lochies

Les lochies sont les saignements qui peuvent durer de 4 à 8 semaines après l’accouchement, selon que la mère allaite ou pas. Les premiers jours, les saignements sont abondants et peuvent présenter des caillots de sang. Puis la quantité des lochies diminue progressivement. Après 8 semaines, elles doivent avoir complètement disparu. Les règles reprennent en moyenne après six semaines, c’est le retour de couches.

Montée de lait

La montée de lait survient le 3ème jour après la naissance. Elle survient chez toutes les femmes, qu’elles aient accouché par voie basse ou par césarienne. Ce processus est déclenché par la chute des hormones placentaires après l’accouchement. Le volume de la poitrine augmente et les seins peuvent être douloureux. Des tétées fréquentes les premiers jours devraient vite les soulager.


MOTHERHOOD

Lire aussi :
Une appli qui crée des liens entre jeunes mères

Solitude

Une fois passées les visites des proches et la reprise du travail du conjoint, une jeune mère peut vite se sentir très seule et démunie face à son bébé. Les journées peuvent être longues, ponctuées par des pleurs incompréhensibles et des moments de grande lassitude. D’où l’importance, pour l’entourage, de continuer à prendre soin de la mère et de l’enfant, de les entourer durant ces semaines éprouvantes physiquement et moralement.

Tranchées

Si les contractions pendant le travail sont bien connues, celles qui surviennent après l’accouchement le sont moins. On appelle tranchées les contractions utérines ressenties après l’accouchement, qui durent trois à quatre jours, voire une semaine, particulièrement vives durant les tétées. Elles permettent à l’utérus de retrouver sa taille d’origine et d’en extraire les derniers débris, provoquant ainsi les lochies.

Tags:
Famillemamanmaterniténaissance
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
CHURCH
Agnès Pinard Legry
Une messe dimanche... trois scénarios possibl...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement