Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Les lieux de la Bible : Césarée, véritable carrefour en Terre sainte

Creative Commons
L'hippodrome, Césarée Maritime, Israël.
Partager

À une trentaine de kilomètres du Carmel, Césarée fut fondée par Hérode le Grand sur l’emplacement même d’un ancien port tenu par les Phéniciens. Le lieu gagnera en importance au point d’être évoqué à de nombreuses reprises aux Actes des Apôtres. Pierre, Philippe, Paul et ses compagnons, mais également Origène, Eusèbe, et bien d’autres grandes figures de la chrétienté fouleront le sol de cette cité prospère, et feront connaître et reconnaître ce lieu, véritable carrefour en Terre sainte.

Une situation maritime essentielle. Située en ces temps anciens en Palestine (aujourd’hui Israël, région d’Haïfa), au sud du mont Carmel et bordant la Méditerranée, Césarée fut longtemps un carrefour et un port essentiel pour les Phéniciens et leur commerce. Son nom, Césarée, lui vient du grec ancien — paralios Kaisareia — plus précisément « Césarée maritime » en raison de son ouverture sur la Méditerranée.

Public domain
La cavea du théâtre romain de Césarée, construit sous Hérode Ier le Grand.

Hérode, fin stratège, remarqua très tôt les nombreuses qualités de ce lieu situé à une vingtaine de kilomètres au sud de la ville de Dor. Il y fit alors aménager un vaste port suffisamment protégé des vents violents qui soufflent dans la région et qui, jusqu’alors, interdisaient un amarrage pour de plus gros navires en toute sécurité. À partir de ce lieu unique qui permettait d’embarquer vers l’Égypte et les autres voies maritimes majeures, Hérode fit également édifier une splendide cité qui devint la capitale de la Judée. De magnifiques palais de marbre surgirent alors de terre comme par enchantement, mais aussi de somptueuses demeures privées sans oublier un amphithéâtre, un théâtre et un marché connus à des lieux…

Une inscription incroyable…

Si les nombreux édifices découverts lors de fouilles archéologiques témoignent, encore de nos jours, de la majesté de cette cité à l’époque de la domination romaine en Palestine, une pierre plus particulièrement, cependant, retient l’attention des chrétiens puisqu’elle évoque et établit le riche passé biblique de ces lieux nommés Césarée. Lors des fouilles menées dans le théâtre antique, au sud de la ville, une inscription a, en effet, laissé pantois les archéologues. Sur l’une de ses faces étaient gravés les mots suivants :

Pour le Divin Augusti [ce] Tiberieum
… Pontius Pilate
… préfet de Judée
… a consacré [ce]

Pierre de Pilate originelle exposée au Musée d'Israël.
Creative Commons
Pierre de Pilate originelle exposée au Musée d'Israël.

Une inscription incroyable faisant mention de Ponce Pilate… Cette inscription demeure, aujourd’hui, la seule et unique référence épigraphique connue faisant expressément mention du nom et du statut de Ponce Pilate, préfet de la Judée, et ayant jugé Jésus lors du plus célèbre procès qu’ait connu l’humanité.

La présence des disciples du Christ

Mais, Césarée n’est pas seulement célèbre pour cette mention attestant l’existence du préfet de la Judée, Ponce Pilate. Cette cité prospère a également été mentionnée et reconnue par un grand nombre de témoignages des disciples du Christ. Ainsi, c’est en ces lieux célèbres que Pierre baptisa le centurion Corneille, un homme d’une grande piété, ainsi que toute sa famille, comme le relate les Actes des Apôtres : « Il donna l’ordre de les baptiser au nom de Jésus Christ. Alors ils lui demandèrent de rester quelques jours avec eux » (Ac 10). Le signe est essentiel, car c’est l’ouverture du christianisme aux païens et à toutes les nations, y compris un officier romain, ennemi juré des juifs et persécuteurs des chrétiens… Pierre reviendra une dernière fois dans la cité de Césarée après sa libération miraculeuse et y séjournera quelque temps.

Un apôtre, et non des moindres, a également bien connu cette ville : Paul. Ce dernier y fera, en effet, de nombreuses haltes lors de ses incessants voyages. C’est, ainsi, en ces murs qu’il rencontrera notamment Philippe. Mais, ce sera aussi à Césarée que l’apôtre sera gardé en captivité dans la prison romaine où il demeurera assez longtemps, ainsi qu’en témoigne le récit biblique : « Les soldats prirent donc Paul conformément aux ordres reçus, et ils le conduisirent de nuit jusqu’à Antipatris. Le lendemain, ils laissèrent partir avec lui les cavaliers et regagnèrent la forteresse. À leur arrivée à Césarée, après avoir remis la lettre au gouverneur, ils lui présentèrent Paul ». (Ac 23, 31)

Une métropole chrétienne aux IIIe et IVe siècles

Enfin et surtout, ces précieux témoignages et héritages prestigieux de Césarée laissés par les disciples du Christ n’allaient pas rester sans lendemain… Ainsi, c’est également à Césarée qu’Origène, le grand théologien et père de l’exégèse biblique fondera sa célèbre école. En cette cité, il accomplira une tâche immense en enseignant, réalisant des travaux théologiques, des commentaires, homélies… Il sera à l’origine des Hexaples, un ouvrage présentant en six colonnes parallèles les différentes versions disponibles de la Bible en hébreu et en grec. Après lui, d’autres noms prestigieux viendront perpétuer ce passé glorieux de Césarée pour la Bible et le christianisme, avec notamment Grégoire de Nysse, Athanase, Évariste, Eusèbe et Pamphile…

Depuis, Césarée, cité biblique, n’a jamais cessé de faire parler d’elle… Une source d’inspiration se perpétuant de siècle en siècle.

A voir aussi : ces femmes extraordinaires et inspirantes de la Bible