Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand le curé d’une église vandalisée détourne une citation anarchiste

Creative Commons / ZebKorniche
Église Saint-Jacques-et-Saint-Philippe de Bruxerolles (Vienne). Le jardin et l'église.
Partager

Alors que son église a récemment subi une dégradation, le père Julien Dupont, prêtre du diocèse de Poitiers, a répondu aux auteurs du délit de façon à ouvrir le dialogue.

« Le seul humain qui illumine est celui qui prend soin de l’autre ». C’est la réponse du père Julien Dupont, curé de la paroisse Saint-Jacques-des-Hauts-de-Poitiers, à la dégradation en fin de semaine dernière de l’un de ses clochers, l’église Saint-Jacques-et-Saint-Philippe, à Bruxerolles (Vienne). Vendredi, un tag, écrit en lettres bleues capitales reprenant une citation attribuée à Kropotkine, un Russe théoricien de l’anarchisme, « la seule église qui illumine est celle qui brûle », a été découvert sur le côté extérieur du sanctuaire. Il a rapidement été nettoyé par les services de la mairie.

La paix, un bien « précieux »

Réagissant dans un communiqué, le prêtre a affirmé « regretter » de devoir « donner de l’importance à des propos haineux » et a invoqué les nombreux catholiques « blessés par ces propos ». Affirmant vouloir « éviter d’ajouter de la haine à la haine », il a souligné que la paix demeure un bien « précieux pour notre société ».

Mairie de Bruxerolles
Graffiti sur l’église Saint-Jacques-et-Saint-Philippe à Bruxerolle (Vienne).

Et c’est dans cet état d’esprit qu’il a assuré rester « disponible pour rencontrer les auteurs » de l’acte. Après avoir remercié le maire et les services municipaux, il a fait allusion au slogan anarchiste revendiqué par les agresseurs, tout en ouvrant le dialogue dans une démarche de paix. Ajoutant avec un éclat de rire auprès d’Aleteia : « Ils ont oublié la fin de la phrase : la seule église qui illumine est celle qui brûle… d’amour ! ». Fortiche, non ?

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]