Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi allumer une bougie quand on prie ?

CANDLE
Ann Yuni|Shutterstock
Partager

Si la prière est d’abord un cœur à cœur avec Dieu, elle peut être facilitée par un cadre propice au recueillement. Les bougies, par l’atmosphère qu’elles créent et le symbole qu’elles incarnent, en font partie.

« Avant d’être une série de pratiques et de formules, la prière est une manière d’être devant Dieu », a écrit Benoît XVI dans son ouvrage L’Âme de la prière. Une attitude intérieure qui oblige à « plonger ses racines au plus profond » de soi-même. Pour créer une atmosphère propice à ce plongeon intérieur, de nombreux croyants allument des bougies. Bien qu’extérieur à soi, cet élément, au même titre que le volume sonore environnant ou la position du corps, a un impact direct sur l’âme.

L’unité entre le corps et l’esprit permet à l’ensemble de nos sens de s’engager dans la prière et aide l’âme à s’élever vers Dieu. Le Catéchisme de l’Église catholique (2562) rappelle que la prière implique notre être dans son ensemble : « Quel que soit le langage de la prière (gestes et paroles), c’est tout l’homme qui prie. » Une pièce uniquement éclairée par la lueur d’une bougie peut ainsi avoir un effet puissant sur l’âme et aider à entrer en prière d’une manière nouvelle. Voici cinq raisons de prier avec une bougie.

Moins de distractions

Si certaines personnes arrivent à prier avec leur écran de télévision allumé en arrière-plan, d’autres — la majorité — lumières et bruits trop forts peuvent facilement éloigner de la prière. Même si vous n’allumez pas une bougie, n’hésitez-pas à diminuer l’éclairage de la pièce dans laquelle vous vous trouvez pour créer un climat propice à la méditation.

Une atmosphère recueillie

Il y a quelque chose, dans la flamme vacillante d’une bougie, qui apporte à l’âme quiétude et sérénité. Les bougies sont même ainsi utilisées pour des raisons thérapeutiques par certaines personnes et elles peuvent avoir le même effet sur notre vie de prière quotidienne.

Un rappel des premiers chrétiens

Dans les premiers temps, bien avant l’apparition de l’électricité, les chrétiens priaient à la lueur des bougies. Ce rappel confère à notre prière une richesse en la plaçant sous le signe de la foi de tous ces chrétiens qui nous ont précédé et à qui continuent d’intercéder pour nous dans la communion des saints.

La présence du Seigneur

Par de nombreux aspects on peut voir en la bougie allumée une représentation de Jésus-Christ. La flamme qui vacille au-dessus représente la Divinité du Christ tandis que la bougie à proprement parler symbolise son humanité, la mèche cachée dans la bougie est une figure de son âme. La cire elle-même, qui est le produit de l’abeille, est l’emblème du corps le plus pur du Christ… Par son doux parfum de cire, l’odeur évoque la plénitude de la grâce et de la vertu, l’infinie sainteté du Christ.

La recherche de Dieu

Dans l’Évangile de saint Jean (Jn 8-12), Jésus dit : « Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie ». La lumière de la bougie rappelle cette réalité et la manière dont il faut suivre la lumière pour vaincre les ténèbres.

Découvrez aussi quand les saints nous expliquent l'importance de la prière :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]