Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Christ n’est pas venu abolir la loi mais « apporter sa grâce »

PAPIEŻ FRANCISZEK
ALBERTO PIZZOLI/AFP/East News
Partager

En apportant une signification « profonde » de la loi de Moïse, le Christ a indiqué « l’esprit » avec lequel il faut la respecter, a expliqué le pape François lors de l’Angélus prononcé du haut de la fenêtre du Palais apostolique au Vatican le 16 février 2020. Il s’agit avant tout de l’accueillir « dans son cœur » et d’abandonner un style de vie « fait de promesse non tenues ».

Dans l’Évangile de dimanche (Mt 5, 17-37) — tiré du « discours sur la montagne » — le Christ aborde le sujet de l’accomplissement de la loi. Il invite à adopter une « approche juste » des commandements donnés à Moïse, c’est-à-dire à les vivre comme un « instrument de liberté » permettant de ne pas être « esclaves des passions et du péché ».

Le Christ n’est pas venu abolir ces prescriptions, a souligné le pape François, mais « apporter sa grâce » pour les vivre en toute liberté. Il a non seulement expliqué la “signification plus profonde” de ces règles mais également indiqué “l’esprit avec lequel il faut les respecter ». Jésus encourage donc à passer d’une “observance formelle” de la loi à une “observance substantielle” : avec la volonté de l’accueillir avant tout “dans son cœur”. C’est du cœur, a-t-il pointé, que partent “les bonnes et les mauvaises actions”.

De cette manière, a formulé le chef de l’Église catholique, on comprend que lorsque l’on n’aime pas son prochain, on se tue en quelque sorte soi-même et l’on tue son prochain. La guerre et ses conséquences ne sont pas seules responsables de morts, a-t-il estimé, « la langue aussi tue », notamment par les médisances. Car “la haine, la rivalité et les division tuent la charité fraternelle” qui est à la base des rapports interpersonnels, a-t-il déclaré. Ainsi, lorsque l’on accueille la loi de Dieu dans son cœur, on comprend qu’il faut “abandonner un style de vie fait de promesse non tenues”.

S’il n’est pas “facile” de vivre les commandements de cette façon, a encore confié le successeur de Pierre, le Christ offre “l’aide de son amour” afin que chacun puisse “accomplir volonté de Dieu, l’aimer et aimer ses frères”. Les fidèles doivent donc lui “faire confiance” et accueillir “la main qu’Il tend constamment”. Voici la voie à suivre « pour vivre en chrétien”, a-t-il soutenu.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]