Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Comprendre son péché constitue un « don de Dieu »

Partager

Comprendre son péché constitue un « don de Dieu », a souligné le pape François lors de l’audience générale du 11 février 2020. Le chrétien doit demander cette « grâce » au Seigneur pour qu’éclatent « les larmes » du « repentir ».

Le souverain pontife a commenté mercredi la deuxième Béatitude : « Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ». Cette attitude, qui renvoie à une « douleur intérieure », est « centrale » dans la vie chrétienne car elle ouvre à une relation « authentique » avec le Seigneur, comme avec les autres.

Lorsque l’homme pleure parce que ses actes ne correspondent pas à ce que le Seigneur veut pour lui, parce qu’il s’attriste du mal qu’il a fait, il révèle le « sens du péché ». Dieu bénit ces larmes semblables à celles de saint Pierre après avoir renié le Christ. Elles sont en effet un « don » de Dieu qui permet de comprendre le péché et ouvrent à la « beauté de la contrition » et du « repentir ». Seul, l’homme ne peut comprendre son péché, a insisté le pontife argentin : il doit donc demander au Seigneur cette « grâce ».

POPE AUDIENCE
Antoine Mekary | ALETEIA
Le Pape a commenté la deuxième Béatitute face aux pèlerins.

« Dieu pardonne toujours »

Ce sont les hommes qui se fatiguent à demander pardon ou se renferment sur eux-mêmes. Le Seigneur ne traite pas les hommes en fonction de leurs péchés. « Dieu pardonne toujours », a ainsi déclaré le chef de l’Église catholique. La vie chrétienne trouve ainsi en la miséricorde son expression la plus belle, a-t-il rappelé.

Par ailleurs, a-t-il ajouté le pontife romain, les hommes pleurent également parce qu’ils voient une personne souffrir ou à cause de la perte d’un être cher. Le deuil est un chemin « amer », a-t-il reconnu, mais il est utile pour ouvrir les yeux sur la vie et la valeur « irremplaçable et sacrée » de chaque personne. Il a donc invité à reconsidérer le « don des larmes » : parfois certains ont des « cœurs de pierre ». Il s’agit donc de réveiller ces « affligés » qui ont « oublié » de pleurer.