Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Rennes : la conscience et les voleurs…

La cathédrale saint pierre de rennes
Partager

C’est la jolie petite histoire du jour, au milieu d’une actualité parfois anxiogène, il semblerait que si certains s’en prennent parfois aux églises, ils peuvent aussi, pris de remords, réparer leurs méfaits. Et c’est ce qui vient de se passer à la cathédrale de Rennes où le curé a reçu un joli paquet anonyme.

C’était il y a quatre mois, à la fin d’une messe à la cathédrale Saint-Pierre de Rennes, le curé s’aperçoit qu’il lui manque une des deux burettes sur le petit plateau d’argent. Pour ceux qui l’ignorent encore, la burette est le flacon dans lequel on met l’eau et le vin avant la consécration. « Pas le casse du siècle », comme le dit à l’époque le diocèse, mais c’est toujours désagréable d’avoir affaire à des vols. Et comme depuis la loi de séparation de l’Église et de l’État, ces objets d’avant 1905 appartiennent à l’État, c’est donc la DRAC de Bretagne qui avait alors porté plainte pour vol. La police mène son enquête et quatre personnes, identifiées et arrêtées à Lyon, reconnaissent le larcin, puis sont remises en liberté avec une convocation au tribunal. Fin de l’histoire ?

Pas cette fois ! Et ce sont nos confrères de Ouest France qui nous raconte la suite. Il y a tout juste trois semaines, le curé de la cathédrale de Rennes, le père Erwan Delahaye reçoit un colis au courrier du presbytère. À l’intérieur, la burette en argent doré enveloppée dans du papier et un sac plastique. Si son couvercle est cassé, et devra donc être réparé avant une nouvelle utilisation, l’objet est bel et bien revenu, à la surprise de tous ! Comme quoi, les objets qui servent le sacré touchent sans doute aussi le cœur des hommes, et la conscience des voleurs repentis.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]