Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La chanteuse Ayo offre son timbre royal à Dieu

La chanteuse Ayo
Nicolas Esposito - Flickr- Creative Commons
Partager

Dernier né de la chanteuse Ayo, l’album « Royal » est sorti le 31 janvier. Un peu plus jazz que ses précédents titres, les sons folk et soul sont toujours bien présents dans sa voix et les arrangements musicaux. Mais la différence majeure d’avec les autres albums est qu’elle dédie celui-ci à Dieu, qu’elle nomme, pour l’occasion, « Royal ». Une manière, pour elle, de parler de Dieu au plus grand nombre.

« Pour moi, Dieu, c’est l’espoir, la lumière, l’amour. C’est l’essence de la vie », explique-t-elle au micro de France Culture. « Cet album est une façon de dire merci à la source royale, c’est-à-dire à Dieu. » Quand on lui demande quelle est Sa place dans sa vie, Ayo déclare avoir toujours senti « qu’elle n’était pas seule », « encore plus enfant, quand j’étais séparée de mes parents », puisqu’elle a vécu en familles d’accueil suite à la séparation de ses parents, et à cause de l’addiction de sa mère à l’héroïne. « S’il n’était pas dans ma vie, je me demande ce que j’aurais ».


« Tu as libéré mon âme »

Ayo s’est fait connaître grâce à des titres comme « Down on my knees »,  « Help is coming » ou « I’m a fool ». Avec son léger grain voilé dans la voix, qui se mue facilement en un timbre plus groove ou plus limpide, impossible de ne pas la reconnaître. Ses nouveaux titres à écouter en boucle s’appellent maintenant « Royal », « Beautiful », « Rest assured » et « Throw it away », l’une des chansons les plus jazz de l’album. Dans celle qu’elle dédie à Dieu, « Royal », elle lui dit : « Tout ce que j’avais était une prière, je n’avais ni amis, ni famille. Tu as donné un sens à ma vie. Tu as libéré mon âme, tu m’as touchée par ta gloire. Tu es Royal pour moi. »


Sur le plateau de BFMTV, la chanteuse explique davantage la signification du titre de l’album et de la chanson où elle s’adresse à Dieu. « Le mot Dieu est souvent lié à une religion », s’explique-t-elle sur le fait d’avoir refusé de Le nommer. « Il y a tant de religions et je pense que nous prions tous auprès de la même source. J’avais l’impression de chanter pour cette source d’où m’est venu mon don. Sans ce don, sans ma voix, je ne serais pas là où je suis dans ma vie. » Si la raison d’être de cet album était une commande de son label pour enregistrer des reprises, Ayo a voulu composer de nouveaux arrangements et y dire sa reconnaissance à Celui qui lui a donné son don et a toujours été là pour elle. « Je pense qu’il apportera de la lumière à tous ceux qui sont dans les ténèbres. » Les paroles sont en effet sereines, lumineuses, rassurantes ; elles rendent grâce tout autant qu’elles donnent.


 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]