Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La proximité, « la clef » du christianisme

consultation médecin femme
© Shutterstock
Partager

À l’image du Christ qui s’est fait proche des hommes, les soignants doivent adopter une attitude de « proximité » avec les malades, a déclaré le pape François le 1er février 2020 devant le personnel médical de la structure sanitaire de soins Villa Maria reçu en audience au Vatican. La proximité est en effet la « méthode » choisie par le Seigneur pour sauver l’humanité.

Pour les soignants chrétiens notamment, les malades peuvent être des « signes vivants » de la présence du Christ venu pour guérir et prendre sur lui la fragilité de l’homme, a rappelé le Pape. Prendre soin du frère qui souffre signifie en ce sens « faire de la place au Seigneur », a-t-il affirmé.

Pour servir le malade avec générosité et sensibilité à l’image du Seigneur, il s’agit selon le successeur de Pierre d’abandonner les « systèmes » visant uniquement une logique économique et financière pour adopter une « proximité » avec la personne. De cette manière, les médecins et infirmières seront présents au cœur des « angoisses » vécues par les malades. La proximité est la « méthode » utilisée par Dieu pour sauver l’humanité, a rappelé le Pape. Elle est la « clef du christianisme et de l’humanité », a-t-il insisté. « Le malade n’est pas un numéro ».

Des lieux de soins et de douleurs émane un « message pour la vie de tous », a encore affirmé le pontife argentin. Ces structures sont porteuses d’une « grande leçon » qu’aucune autre institution ne peut délivrer à leur place. En effet, l’homme qui souffre « comprend mieux le besoin et la valeur du don divin de la rédemption et de la foi ». Plus encore, il peut aider les autres à apprécier et à rechercher un tel don, a affirmé le chef de l’Église catholique.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]