Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La prière, cœur battant d’une Église missionnaire

video du pape
Capture d'écran Youtube, "Printemps missionnaire dans l'Église", Vidéo du Pape, Octobre 2019
Partager

La récente intégration du Réseau mondial de la prière au sein de la Curie et sa refondation actuelle témoigne de la place cruciale que le pape François veut donner à la prière au sein de l’Église. Il rappelle qu’elle est en le cœur battant qui doit irriguer toutes ses actions.

Saviez-vous que le Réseau mondial de prière était l’œuvre d’un jésuite français, le père François Gautrelet ? Au XIXe siècle, celui-ci a voulu proposer aux jeunes qui l’entouraient de vivre un apostolat silencieux : en priant, en se sacrifiant, ils collaboraient à l’ensemble des travaux des missionnaires dans le monde. Le mouvement naît d’abord sous le nom d’Apostolat de la prière. Ce n’est que bien plus tard, en 1896, que Léon XIII confie à ce réseau le soin de prier pour les intentions de l’Église. Dès lors, le lien entre les évêques de Rome et l’œuvre jésuite s’inscrit dans le temps, sans pourtant être officialisé par un statut.

Il faut attendre le pape François pour que l’œuvre bénéficie en 2018 du statut « d’œuvre pontificale ». Avec cette reconnaissance, le Réseau mondial de prière devient expressément « un service ecclésial du Saint-Siège » confié à la Compagnie de Jésus. À sa tête, le père Frédéric Fornos est, de la même manière qu’un chef de dicastère, directement rattaché au pontife. À Rome, le jésuite encadre une équipe d’une quinzaine de personnes ainsi qu’une centaine de directeurs internationaux dans le monde ! Ensemble, ils travaillent à susciter et réveiller la responsabilité missionnaire de chaque chrétien pour qu’il devienne « apôtre par la prière ». Cette organisation n’est que le début d’une lente refondation du mouvement voulu par le Pape.

Car loin d’être anodine, cette décision du pontife d’intégrer le Réseau mondial de prière à l’appareil curial marque sa volonté de faire de la prière le cœur battant de l’Église. Occupé à la lourde tâche de réformer la Curie depuis son élection, François accompagne ces importants changements d’un surcroît de prière. Ou plutôt, il rappelle qu’aucun changement n’est possible sans mettre Jésus-Christ au centre de toute action. La mission, à laquelle tout chrétien doit s’attacher, part de la prière et est loin d’être une perte de temps ! De même, le recueillement est tout sauf un repli sur soi : il s’agit bien de prier pour les défis qu’affrontent l’humanité et la mission de l’Église.

Fruit de la prière du Pape

Afin de diffuser au mieux ce beau programme, le jésuite se met en quête de la meilleure méthode. Conscient de l’impact médiatique de la vidéo, c’est spontanément qu’il pense à filmer le pontife. En janvier 2016, la première déclaration vidéo devait être un one shot mais le succès est alors tel que le Réseau décide d’en publier une par mois. Afin de concentrer les efforts des fidèles, le Pape, choisit qu’un seul thème sera attribué par mois au lieu de deux auparavant.

Mais la mise en place d’un tel arsenal suppose une organisation titanesque et une bonne dose de discernement ! Comment tenir un tel rythme au vu de l’agenda chargé du Pape ? À la veille de chaque année, tous les dicastères comme les membres du Réseau du monde entier sont invités à envoyer leurs suggestions. S’en suit une journée de prière durant laquelle les thèmes sont choisis puis proposés au pontife. Au terme d’un à deux mois, dans la prière, celui-ci tranche. Le choix final de chaque intention est donc bien le fruit de la prière du chef de l’Église catholique.

Et maintenant sur YouTube

Car si le Réseau est chargé d’orchestrer l’ensemble du tournage, de bâtir le scénario, nul doute que l’évêque de Rome est pleinement impliqué dans ce processus. Tous les trois mois, le Dicastère pour la communication le rencontre afin d’effectuer le tournage. Le père Fornos échange également régulièrement avec lui sur la manière dont doit être communiqué chaque intention. De même, les différents dicastères sont impliqués lors de la réalisation du clip selon le thème choisi. En mars prochain, on peut supposer que l’intention de prière destinée aux catholiques chinois, sujet délicat sur le plan diplomatique, sera probablement scrupuleusement étudiée par la Secrétairerie d’État.

Lancé il y a à peine quatre ans, la « vidéo du Pape » s’est imposée sur les réseaux sociaux, l’ensemble des vidéos ayant totalisé plus de 115 millions de visualisations depuis 2016. Si le visionnage est encore timide en France (8,2% des vues), les déclarations du pontife séduisent en premier lieu les hispanophones (46%), les anglophones (24%) et les lusophones (13%). Encore en pleine restructuration, le Réseau doit réunir les coordinateurs continentaux fin janvier à Rome. À cette occasion, l’ensemble des ses représentants seront formés à la « prière du cœur », fondement de la spiritualité originelle de cette œuvre. Leur mission sera ensuite d’infuser un nouvel élan de prière missionnaire aux quatre coins du globe, tels des apôtres du XXIe siècle !

Prenez part à la mission d’évangélisation avec les OPM

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]