Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Il est le premier tétraplégique à fouler le sol de l’Antarctique

SAMUEL MARIE ANTARCTIQUE
© Les Coflocs
Samuel Marie, 32 ans, ici, avec Lise Aulagnon, est arrivé sur la banquise à bord d'un navire accessible aux personnes à mobilité réduite.
Partager

À la suite d’un accident survenu quand il avait 20 ans, Samuel Marie est devenu tétraplégique. Mais pour le jeune homme, la vie ne s’arrête pas là. La preuve, il a réussi à aller jusqu’en Antarctique.

Un fauteuil roulant sur la banquise ? Voilà qui relève de l’inouï. C’est pourtant l’exploit auquel est parvenu Samuel Marie, premier aventurier tétraplégique à avoir accédé à l’Antarctique. Il a foulé de ses roues le sol du « continent blanc », le continent le moins accessible au monde, le 2 février dernier. Ce n’est pas la première fois que ce Grenoblois de 32 ans, handicapé depuis l’âge de 20 ans, s’engage dans une équipée pareille. Le jeune homme a le désir de faire changer le regard du monde, et en particulier des Français, sur le handicap. Et pour lui, rien de tel que le dépassement de soi.

SAMUEL MARIE ANTARCTIQUE
© Les Coflocs

Après son accident survenu lors d’une opération de cordiste, il a subi plus de 30 opérations, parvenant à recouvrer en partie l’usage de ses membres supérieurs. Et c’est déjà énorme pour ce battant habité par une incroyable envie de vivre. Baroudeur dans l’âme, il lance en 2017 l’aventure Sam fait rouler. À bord d’un van adapté, il effectue deux road trip successifs, parcourant 75.000 kilomètres et traversant 22 pays, des États-Unis à la Turquie en passant par la Chine et le Canada. Son objectif ? Éveiller les consciences et se faire le relais des « bonnes pratiques » découvertes au fil de ses pérégrinations. Son leitmotiv ? Handicapé, fragilisé, diminué, on peut toujours continuer à avancer. Et le jeune homme qui n’a pas froid aux yeux l’a bien montré : c’est possible.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]