Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une neuvaine avec Bernadette de Lourdes

Partager

Le 11 février 1858, la Vierge Marie apparaît pour la première fois à Bernadette dans une grotte proche de Lourdes. Plus de cent soixante ans plus tard, ce sont des millions des pèlerins qui viennent s’y recueillir. Pourquoi une telle ferveur ? Que Bernadette peut-elle nous apprendre ?

Lourdes en 1858. C’est une bourgade des Pyrénées, aux confins des montagnes. Les gens la traversent seulement pour rejoindre des stations thermales réputées. Les activités tournent autour de l’élevage des porcs ou bien de l’exploitation minière dans les carrières alentours. Rien d’extraordinaire pour cette petite ville qui voit les années passer au rythme du Gave. Mais bientôt, cette atmosphère tranquille se voit bouleversée par des apparitions à une jeune fille simple : Bernadette Soubirous.

Issue d’une famille très pauvre, elle habite dans une maison insalubre avec ses parents, ses frères et sœurs. Cette jeune fille de 14 ans parle et ne comprend que très difficilement le français. C’est alors en patois que la « Dame Blanche » s’adresse à elle le 11 février 1858. Jusqu’en juillet de la même année, Bernadette voit dix-huit fois la Vierge qui se révèle à elle comme l’Immaculée Conception. Histoire qui nous semble si connue et pourtant le mystère demeure.

Mis en scène récemment, le spectacle musical Bernadette de Lourdes nous plonge dans cette aventure de foi et de courage. Cette reconstitution historique s’appuie sur les procès verbaux des apparitions. Comment ne pas coller au plus proche des faits ? La musique composée par Grégoire touche au cœur. La mise en scène de Serge Denoncourt nous saisit. Nous pénétrons dans le mystère de la sainteté de Bernadette. Cette adolescente fragile nous dit avec ses propres mots la splendeur de cette « Dame ». Aussi, ce spectacle musical introduit-il le message de Lourdes dans les chants et l’authenticité.


La Vierge Marie appelle Bernadette. À travers cette jeune bergère, c’est nous tous que la Mère de Dieu convie. À ses côtés, nous sommes invités à venir à la grotte. Que nous soyons malades, peinés ou souffrants, les grâces abondent. L’eau miraculeuse guérit. Bernadette incarne ce que la société rejette : la maladie, l’humilité, la misère. Et la Mère de Dieu se révèle à elle. Voilà que la splendeur des Cieux se verse dans un cœur prêt à recevoir. Les paroles du Christ résonne alors à nos oreilles : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela à des sages et à des intelligents et de l’avoir révélé à des tout-petits. » (Mt 11, 25). Ce ne sont pas que des mots mais des paroles vivantes. Bernadette Soubirous l’a vécu. Quand nous venons à Lourdes, c’est ce que nous vivons à notre tour.

Nous fêtons Notre Dame de Lourdes dans quelques jours. À cette occasion, l’Église nous invite à regarder les malades en leur consacrant cette journée. Et si nous vivions différemment cette fête ? Et si nous prenions un moyen très simple de nous joindre à cette prière de la grotte ? Vous pouvez le faire en vous associant à la communauté de prière animée par la comédie musicale sur Hozana.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]