Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Théophile, le saint qui avait vendu son âme au Diable

notre dame paris
Notre-Dame de Paris portail du Cloître tympan.
Partager

L’Église fête le 4 février saint Théophile le Pénitent. Au IVe siècle, ce clerc avait scellé un pacte avec le diable pour se venger de son évêque. Repenti, il consacra le reste de sa vie à faire pénitence. Sa légende encourage à la confession.

L’histoire remonte au IVe siècle à Adana en Turquie. Théophile un jeune clerc tombe en disgrâce aux yeux de son évêque. Réduit à la misère, il renie sa foi et conclu un pacte avec le Diable. Le démon lui permet d’humilier son évêque et de prendre sa place. Mais rapidement, Théophile est pris de remords, il regrette cette alliance avec Satan et désire demander pardon.

Son pacte avec le Diable l’interdit de pénétrer dans une église. De l’entrée il peut voir une chapelle dont l’autel est surmonté d’une Vierge assise, son fils entre les bras. Sous le regard de la Vierge, il se met alors à prier avec ferveur. Touchée par la supplique du clerc, la mère du Christ va à la rencontre du démon pour sauver l’âme du repenti. Frémissant de rage, et ne pouvant résister à la demande de la vierge, Satan remet le contrat que Théophile avait signé de son sang et scellé de son anneau.

Au XIIIe siècle, le poète et conteur Rutebeuf s’est inspiré de cette histoire pour écrire le drame religieux « Les miracles de Théophile ». La pièce fut jouée pendant plus de deux siècles lors des cérémonie religieuses, devant un large public sur le parvis des églises. Le passage de la pièce le plus célèbre est probablement la prière qu’adresse le pénitent à la Vierge Marie.

Ma sainte reine belle,
Glorieuse pucelle,
Dame de grâce pleine,
Qui le bien nous révèle,
En besoin qui t’appelle.
Délivre est de peine ;
Qui son cœur vous amène,
Au perdurable règne
Il aura joie nouvelle ;
Jaillissante fontaine
Et délectable et saine,
À ton fils me rappelle.

Aujourd’hui, il est possible de retrouver l’histoire de saint Théophile le repenti sur le tympan du portail nord de Notre-Dame de Paris. La légende est là pour symboliser le sacrement de pénitence et de réconciliation par lequel Dieu, dans son immense amour, pardonne toutes les fautes et tous les péchés.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]