Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Pakistan : 40 chrétiens emprisonnés depuis cinq ans ont été libérés

AFP
En 2015, un attentat-suicide avait causé la mort de 15 fidèles et blessé 70 personnes à Lahore, dans le nord-est du Pakistan.
Partager

La Commission nationale Justice et Paix de la Conférence des évêques du Pakistan a annoncé ce jeudi 30 janvier la libération de 40 chrétiens. Ils étaient emprisonnés depuis 2015, pour avoir pris part à des émeutes suite à un attentat contre deux églises, dans le nord-est du pays.

C’est « une merveilleuse nouvelle pour le Pakistan », selon les mots père Emmanuel Yousaf, directeur national de la Commission nationale Justice et Paix (NCJP), rapportés par l’Aide à l’Église en détresse (AED). Sur les 42 chrétiens qui avaient été arrêtés par la police pakistanaise au mois de mars 2015, 40 viennent d’être libérés. D’après l’AED, deux d’entre eux seraient morts en prison, les rapports faisant état de mauvais traitements physiques et de pressions pour se convertir à l’islam.

Arrêtés suite à des émeutes

Il y a cinq ans, la police pakistanaise avait ordonné l’arrestation de dizaines de chrétiens. Elle les considérait comme responsables des émeutes qui avaient fait deux morts, suite à l’attentat du 15 mars 2015 contre deux églises chrétiennes du quartier de Youhanabad à Lahore, dans le nord-est du Pakistan. Deux musulmans avaient alors été lynchés à mort, injustement accusés par la foule d’être responsables des attaques. Certains musulmans impliqués dans les manifestations avaient été libérés peu après.

« La justice a prévalu »

En acceptant la libération de ces 40 chrétiens, « le gouvernement pakistanais démontre son engagement envers les minorités religieuses », a déclaré à l’agence Fides le père Qaisar Feroz, membre de la commission épiscopale. Selon lui, « la justice a prévalu et l’espoir a été rétabli ». Après cinq années de captivité, les 40 accusés sont désormais « rentrés chez eux » et ont « rejoint leurs familles ».