Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le cardinal Barbarin finalement relaxé en appel

Cardinal Barbarin
Le cardinal Barbarin lors de son procès en appel, le 28 novembre 2019.
Partager

Le cardinal Barbarin a été relaxé jeudi par la cour d’appel de Lyon pour non-dénonciation d’abus sexuels d’un prêtre de son diocèse. Il avait été condamné en première instance à six mois de prison avec sursis. Les parties civiles ont annoncé vouloir se pourvoir en cassation.

Condamné en première instance à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles commises pendant 20 ans par Bernard Preynat sur des scouts entre les années 1970 et 1990, l’archevêque de Lyon a finalement été relaxé en appel ce jeudi 30 janvier. « Cette injustice est aujourd’hui réparée (…) le cardinal Barbarin est innocent, il n’a jamais cherché à entraver le cours de la justice », s’est félicité l’un de ses avocats, Me Jean-Félix Luciani. « La Cour a reconnu que le cardinal disait la vérité. Il a fait des erreurs, des fautes. Il l’a dit. L’Église a, à coup sûr, fait des erreurs et des fautes mais il n’incarne pas l’Église ».

« Il y a forcément un sentiment de déception fort mais la décision n’est pas tendre non plus avec le cardinal Barbarin », a réagi pour sa part Me Jean Boudot, l’un des avocats des parties civiles. Il a annoncé dans la journée avoir déposé un pourvoi en cassation. Selon lui, « pour la relaxe sur les faits postérieurs à 2013, la décision de la Cour est une décision extrêmement originale ». Le cardinal, absent au rendu de la décision, a fait une déclaration à la presse dans l’après-midi et annoncé qu’il allait remettre sa démission au pape François. Démission qu’il lui avait déjà présenté l’an dernier à l’issue de son procès en première instance. Le pape l’avait alors refusé mais l’archevêque de Lyon s’était mis en retrait.

Dans un communiqué, la Conférence des évêques de France (CEF) a pris « acte de la décision de justice » et assuré le cardinal Philippe Barbarin « de sa communion fraternelle dans cette phase nouvelle de sa vie qui s’ouvre au service du Christ et de l’Église ». Dans le même communiqué, « elle assure de sa gratitude les personnes victimes qui ont parlé et qui parlent pour l’œuvre de vérité qu’elles rendent possible », redisant « sa détermination à poursuivre le travail nécessaire face aux abus sexuels ou de pouvoir afin qu’ils ne se reproduisent plus dans l’Église ».

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]