Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Qu’il est difficile d’évangéliser sa propre famille !

ROZMOWA, RODZINA
Shutterstock
Partager

Quelques pistes concrètes pour témoigner de sa vie de foi (sans l’étaler) auprès de ses proches plus ou moins éloignés de Dieu.

À l’heure où le christianisme ne règle plus ni les questions sociétales, ni les comportements de nos concitoyens, il lui reste à se fonder non pas sur un héritage définitivement absent, mais à nouveau sur le témoignage. La famille redevient alors un lieu privilégié pour annoncer l’Évangile, comme au temps des premières communautés chrétiennes.

Évangéliser sa propre famille, un combat délicat

Cependant, évangéliser sa famille élargie est une mission difficile et ce pour quatre raisons : nos proches sont des êtres aimés et on ne veut pas leur déplaire ; nous les connaissons bien et n’avons pas assez de recul pour nous positionner de façon neutre ; notre réputation est en jeu et la pudeur remplit trop notre cœur ; ils connaissent nos défauts et ceux-ci ne reflètent pas la sainteté évangélique. Évangéliser sa propre famille est donc un lieu de combat très particulier. Cela nous renvoie plus à une histoire affective que dans la rencontre avec des personnes moins connues. Ne parle-t-on pas plus facilement de sa foi à un inconnu rencontré dans un train, qu’à un frère ou une sœur qui ne partage pas nos convictions religieuses ?

Aujourd’hui, il faut rejoindre bien souvent des familles désunies, où l’un des époux est incroyant, où les grands enfants sont des « enfants prodigues » ayant rejeté toute pratique chrétienne, où règnent des philosophies très étrangères à la Parole de Dieu, où la souffrance demeure sans beaucoup d’espérance. Dans ces cas-là, il devient alors nécessaire de pleurer avec ceux qui pleurent, et de donner sa vie pour ceux que l’on aime. Thibault et Marie-Gabrielle l’ont compris dans un Parcours Tobie et Sara : « Nous voulions que nos familles comprennent nos choix. Nous y avons renoncé et du coup nous prions et témoignons chaque fois qu’on nous le demande. »

L’Évangélisation passe par les liens d’amour

Il n’est plus du tout rare que les familles fondées par les frères et sœurs soient très différentes au plan de la foi : l’Évangélisation passe alors par le fait de garder des relations d’amour avec tous les membres, sans exclusive et sans exclusion, tout en travaillant à construire son propre foyer harmonieusement. Une conduite de chrétiens sans paroles explicites est en elle-même un message : « Mieux vaut être chrétien sans le dire, que de le dire sans l’être », disait saint Ignace d’Antioche. Le danger principal est que le sel s’affadisse et que la tiédeur s’installe.

Comment faire concrètement ?
– prier pour sa famille au sens large, au cœur de la prière familiale.
– vivre une vie chrétienne digne de l’Évangile, sans le crier sur tous les toits: « Prêchez l’Évangile en tout temps, mais n’utilisez des mots que quand cela s’avère nécessaire », disait saint François d’Assise.
– être prêts à parler de sa foi avec douceur et respect, quand nous nous sentons interrogés. « Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous » (1 P 3, 15).
– se souvenir en tous lieux que c’est l’Esprit Saint qui convertit.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]