Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Pourquoi un « Dimanche de la Parole de Dieu » ?

Livre Lectio Divina
Éditions des Béatitudes
Partager

Le dimanche de la Parole de Dieu, qui sera célébré ce dimanche dans toute l’Église, est une invitation à redécouvrir la tradition et la pratique de la « Lectio divina ».

Ce dimanche 26 janvier, l’Église célèbre pour la première fois un « Dimanche de la Parole de Dieu ». Pourquoi cette journée ? La Parole du Seigneur n’est-elle pas célébrée tous les dimanches lors de la messe ? Marion Launeau et le père Nicolas Bossu LC, professeur de théologie biblique à Rome, expliquent le sens de cette innovation et comment la vivre. Ils viennent de faire paraître tous deux Lectio divina pour chaque dimanche, aux Éditions des Béatitudes.

Aleteia : Pourquoi le pape François a-t-il institué un « dimanche de la Parole » ?
Marion Leauneau : Le Pape a institué cette fête par une lettre apostolique qui commence par cette citation de l’Évangile selon saint Luc : « Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures » (Lc 24, 45). Le document porte donc comme titre les premiers mots latins de cette citation, Aperuit illis. Toute l’intention pastorale du pape François est condensée dans ces mots : nos assemblées dominicales sont déjà centrées sur le Seigneur, qui vient dans l’Eucharistie, mais dans quelle mesure nos esprit sont-ils ouverts à l’écoute, la compréhension et l’application de la Parole de Dieu ? Le Pape est conscient que la plupart des catholiques (à la différence de certains protestants) connaissent mal la Parole. Ils ne peuvent alors agir justement, résister à la tentation, ni évangéliser. Cela explique largement qu’ils s’affadissent eux-mêmes et qu’ils n’annoncent plus la Bonne nouvelle autour d’eux.

Père Nicolas Bossu : Nous ressemblons souvent à ce premier groupe des Apôtres après la Résurrection : si nous allons à la messe, c’est que nous avons entendu des témoignages impressionnants, comme ces pèlerins d’Emmaüs qui reviennent tout bouleversés par leur rencontre avec le Seigneur (Lc 24). Nous sommes alors rassemblés comme communauté pour accueillir le Seigneur qui vient nous dire : « Paix à vous ! » (v.36). Mais lorsqu’il nous montre son Corps dans l’Eucharistie, nous sommes frappés par la grandeur du mystère comme les premiers disciples qui « ne croyaient pas encore et demeuraient saisis d’étonnement » (v.41). Inlassablement, par la liturgie de la Parole, le Seigneur vient « ouvrir nos esprits » pour que nous puissions recevoir l’Esprit…

Faut-il donc redécouvrir la Parole de Dieu ?
Marion Leauneau : Nous sommes comme les pèlerins d’Emmaüs : nous avons le cœur fermé ou triste. La liturgie de la Parole ouvre nos intelligences tellement rationalistes qu’elles en deviennent aveugles au surnaturel… Grâce à ce « dimanche de la Parole », nous allons essayer de revenir à l’essentiel : « Notre cœur n’était-il pas brûlant au-dedans de nous quand il nous parlait en chemin et nous ouvrait les Écritures ? » (v.32). Alors l’Eucharistie viendra féconder un champ qui l’attend avec ferveur…

Comment écouter le Christ nous ouvrir les Écritures ?
Père Nicolas Bossu : Le Pape nous suggère plusieurs initiatives pastorales pour « vivre ce dimanche comme un jour solennel » : procession des Évangiles, homélie soignée, rite du lectorat, remise de Bibles aux fidèles… L’essentiel est de mettre en valeur la Parole de Dieu, ce dimanche plus que les autres, pour réveiller nos esprits un peu engourdis dans l’habitude et pas toujours très attentifs aux lectures : « Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Églises ! » (Ap 2, 29).

Marion Leauneau : En animant des groupes de fidèles, et en parlant avec des collègues peu ou pas christianisés, je me suis rendue compte d’une immense soif de la Parole de Dieu mais aussi d’une difficulté à bien la comprendre. Comment pouvons-nous écouter distraitement les lectures de la messe sans les avoir auparavant lues et méditées ? Elles glissent rapidement sur nos esprits comme l’eau sur les rochers. À l’inverse, une bonne préparation à la liturgie de la Parole pendant la semaine nous permet de mieux vivre la liturgie du dimanche, comme nous y invite le pape François : « Il est bon que ne manque jamais dans la vie de notre peuple ce rapport décisif avec la Parole vivante que le Seigneur ne se lasse jamais d’adresser à son Épouse, afin qu’elle puisse croître dans l’amour et dans le témoignage de foi » (Aperuit illis, 2).

Quel est le rapport avec la pratique et la tradition de la Lectio divina ?
Père Nicolas Bossu : C’est un conseil du Pape lui-même ! François invite les fidèles à « continuer la lecture dans sa vie quotidienne, de l’approfondir et de prier avec la Sainte Écriture, [en pratiquant] de manière particulière la Lectio divina» (Aperuit illis, 3). Il s’agit de savourer la Parole en suivant quatre étapes, depuis la lecture (lectio) et la prière (oratio), jusqu’à la contemplation (contemplatio) et la mise en pratique (actio). On pourra lire par exemple le nº 87 de l’exhortation Verbum Domini où le pape Benoît XVI l’explique très bien. Pour que la lecture méditée devienne nourriture, elle doit déboucher sur la prière. Peu de chrétiens prennent le temps de faire oraison, c’est-à-dire de se tourner vers Dieu au quotidien en un mouvement d’amour en s’adressant à lui librement et en l’écoutant, après avoir entendu sa parole et reçu son Corps le dimanche.

Marion Leauneau : Pour les pasteurs, c’est une très bonne méthode de préparation des homélies. Pourquoi ne pas méditer tout au long de la semaine les lectures de la messe pour mieux les commenter ? Souvent, à la messe, je suis émue en voyant s’accomplir ce que le pape François décrit si bien : « Le prédicateur a la très belle et difficile mission d’unir les cœurs qui s’aiment : celui du Seigneur et ceux de son peuple. Le dialogue entre Dieu et son peuple renforce encore plus l’Alliance qu’il y a entre eux et resserre le lien de la charité. Durant le temps de l’homélie, les cœurs des croyants font silence et Le laissent leur parler » (Evangelii Gaudium, 143).

Votre livre est-il un outil pour guider sa Lectio divina ?
Père Nicolas Bossu : Lectio Divina pour chaque dimanche est en effet davantage qu’un Évangile commenté. D’abord parce que ce recueil prend en compte les quatre lectures à la lumière de l’exégèse ancienne et moderne. Ensuite parce que la partie méditation cherche à faire aimer profondément cette Parole, à désirer l’incarner au quotidien dans notre vie pour la gloire de Dieu et notre propre bonheur.

Marion Leauneau : Le premier volume couvre le carême et les jeudi et vendredi saints. Chaque dimanche, le livre propose deux textes complémentaires, et c’est là que réside son originalité. Il ne s’agit ni d’homélies toute faites ou de pieuses réflexions, ni de commentaires exégétiques trop spécialisés, mais de deux nourritures successives : « À l’écoute de la Parole », pour aider à lire, comprendre et assimiler les textes de l’Écriture. L’explication en est assez simple, sans tomber dans les disputes entre exégètes ou des considérations trop spécialisées, mais assez profonde pour ne pas passer à côté des thèmes essentiels. Ensuite, « Méditation », qui fournit un matériel spirituel pour aider les lecteurs à s’approprier concrètement la parole et à y trouver, dans la prière, la nourriture que le Seigneur veut leur donner. Plusieurs pistes sont fournies pour que chacun y trouve ce qui l’inspire le plus, comme point de départ d’une contemplation personnelle.

Livre Lectio Divina
Éditions des Béatitudes

Lectio divina pour chaque dimanche, Carême et semaine sainte, par Marionn Leauneau, Nicolas Bossu, Éditions des béatitudes, Janvier 2020, 480 pages, 24,80 euros.