Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Vidéo : en Terre sainte, ces lieux de souveraineté française

© Shutterstock
Construite par les croisés au XIIè siècle, l'église Sainte-Anne est un territoire français depuis 1856.
Partager

La colère d’Emmanuel Macron devant l’église Sainte-Anne de Jérusalem ce mercredi 22 janvier rappelle celle de Jacques Chirac au même endroit, en 1996. Mais aussi que la France est souveraine dans quatre endroits en Terre Sainte.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

C’est un territoire sous la souveraineté française depuis 1856. Si Emmanuel Macron a vivement tancé la police israélienne ce mercredi 22 janvier devant l’église Sainte-Anne à Jérusalem, c’est probablement dû à la symbolique très particulière de ce lieu pour la France. Construit par les croisés en l’an 1140, l’édifice a été cédé à Napoléon III près de sept siècles plus tard par l’Empire ottoman. Le sultan Abdülmecid 1er voulait ainsi remercier les Français pour leur aide au cours de la guerre victorieuse de Crimée, contre la Russie.

Depuis, le sanctuaire fait partie du « Domaine national français en Terre sainte », sous l’autorité du consul général. Cela implique notamment que la sécurisation des lieux doit être confiée aux autorités françaises. Aujourd’hui administrée par les Père blancs, l’église Sainte-Anne aurait été construite sur le lieu de la maison d’Anne et Joachim, les parents de la Vierge Marie. C’est également là que sainte Anne aurait donné naissance à Marie.

Trois autres sites français

Seule puissance étrangère à posséder en Terre sainte des biens fonciers, la France exerce sa souveraineté sur trois autres sites : le monastère d’Abou Gosh, où Jésus serait apparu aux disciples d’Emmaüs, l’église du Pater Noster, où il a enseigné le Notre Père, et le tombeau des rois, où David et Salomon auraient reposé. Entre 1856 et 1967, le statut de ces possessions n’a jamais été remis en cause. Depuis la reconquête par Israël en 1967, le pays se soulève régulièrement contre les titres de propriété.

Découvrez en images les possessions françaises en Terre sainte :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]