Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 30 novembre |
Saint André
home iconActualités
line break icon

Bioéthique : congélation des ovocytes et filiation, les deux surprises du Sénat

© JACQUES DEMARTHON

Agnès Pinard Legry - Publié le 23/01/20

Si les sénateurs ont voté l’article 1 ouvrant la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, ils ont opéré quelques changements conséquents dans le projet de loi bioéthique ce jeudi 23 janvier. Après avoir rejeté l’ouverture de l’autoconservation des gamètes, le Sénat a réécrit l’article établissant un nouveau mode de filiation.

Les débats au Sénat sur le projet de loi bioéthique réservent décidément bien des surprises. Après avoir voté le 22 janvier l’élargissement de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules tout en refusant son remboursement par la Sécurité sociale, les sénateurs ont supprimé, jeudi 23 janvier, l’article autorisant l’autoconservation des gamètes (ovocytes et spermatozoïdes). Les amendements visant à supprimer l’article avaient pourtant été rejetés par les sénateurs. Mais le vote sur l’article à l’issue de son examen a donné une égalité de votes : 119 sénateurs se sont prononcés « pour » et 119 « contre ». Sans majorité, l’article a donc été rejeté.

Pour mémoire, la loi n’autorise actuellement la conservation de ses gamètes pour mener à bien une grossesse future que pour des raisons médicales (cancers, endométriose…). Il n’est pas permis de les congeler pour les utiliser plus tard, lorsque la fertilité baisse.

Réécriture de l’article sur la filiation

L’autre surprise de cette journée a été la réécriture par les sénateurs, contre l’avis du gouvernement, de l’article établissant un nouveau mode de filiation pour les enfants de couples de femmes, conséquence de l’ouverture de la PMA. Le projet de loi prévoit que ces couples passent par une reconnaissance anticipée de l’enfant devant notaire, comme peuvent le faire les couples hétérosexuels non mariés. La femme qui n’a pas porté l’enfant est ainsi reconnue comme l’un des deux parents, au même titre que la femme qui accouche.


BABY

Lire aussi :
« Dans une conception de la filiation fondée sur la volonté, tout est possible »

Le Sénat est finalement revenu dessus en adoptant un amendement proposant d’établir la filiation de la mère d’intention, c’est-à-dire celle qui n’a pas accouché, par voie d’adoption. Le mécanisme permettant d’instaurer une double filiation maternelle est ainsi remplacé par un autre proposant à la conjointe de la femme qui accouche d’adopter l’enfant.

« On ne doit pas bouleverser le régime général de la filiation », a ainsi plaidé le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau. Il a notamment avancé qu’il s’agissait là de la part du gouvernement non pas d’un choix « juridique » mais « idéologique ».

Tags:
Bioéthique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
CHURCH
Agnès Pinard Legry
Une messe dimanche... trois scénarios possibl...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement