Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Invoquer le Très Saint Nom de Jésus, ce recours fidèle pour guérir des maladies

© Richard Kane - Fotolia.com
C’est au nom de Jésus que les malades sont guéris, que les morts ressuscitent et que les boiteux marchent.
Partager

Le mois de janvier est traditionnellement consacré au Très Saint Nom de Jésus. Dans le Nouveau Testament, le nom de Jésus est très souvent invoqué dans la foi, comme source de salut, de rémission des péchés et de vie éternelle.

« Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception », nous dit l’évangéliste saint Luc (Lc 2, 21). À l’Annonciation, l’ange Gabriel explique en effet à Marie qu’elle va concevoir un fils, du nom de « Jésus », ce qui signifie en hébreu « Dieu sauve », ou « le Sauveur ». Au cours de son ministère public, le Christ guérit des malades et expulse des démons.

C’est en 1721 que le pape Innocent XIII étend le culte du Très Saint Nom de Jésus à toute l’Église. Les chrétiens sont invités à l’invoquer particulièrement au mois de janvier, afin de guérir des blessures. Prononcer le nom de Jésus avec foi, c’est le considérer comme le divin Sauveur.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]