Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Un nouveau nonce apostolique pour la France

CELESTINO MIGLIORE
© Sergey Pyatakov / Sputnik
Mgr Celestino Migliore, nouveau nonce apostolique en France, à Moscou en compagnie de l'ambassadeur de Pologne en Russie Wlodzimierz Marciniak, lors d'une réception pour marquer la Pâques orthodoxe à la maison d'accueil du ministère russe des Affaires étrangères.
Partager

Le pape François vient de nommer Mgr Celestino Migliore nonce apostolique pour la France. Entré dans le service diplomatique du Saint-Siège en 1980, il succède à Mgr Luigi Ventura qui occupait cette fonction depuis 2009.

Diplomate particulièrement expérimenté, auparavant nonce en Russie, Mgr Celestino Migliore vient d’être nommé nonce apostolique en France par le pape François le 11 janvier 2020. Il succède à Mgr Luigi Ventura dont la renonciation a été acceptée par le pontife le 17 décembre dernier, officiellement pour « raison d’âge ».

Le 10 janvier, lors de ses vœux devant la communauté française de Rome, Élisabeth Beton-Delègue, ambassadrice de France près le Saint-Siège, a confié  qu’elle espérait voir prochainement la nomination d’un nouveau nonce en France. C’est désormais chose faite : après un peu moins d’un mois de réflexion, le pape François a désigné son nouveau représentant dans l’Hexagone. Bien que leurs noms aient un temps circulé, ni le cardinal Dominique Mamberti, préfet de la Signature apostolique, ni Mgr Luigi Bonazzi, actuel nonce au Canada, n’ont été retenus. Le pontife s’est tourné vers Mgr Celestino Migliore, 67 ans, auparavant nonce apostolique auprès de la Fédération Russe et en Ouzbékistan.

Un diplomate de « haute qualité »

L’Église orthodoxe avait accueilli sa nomination en mai 2016 « avec satisfaction », reconnaissant en lui l’un des « prélats diplomates de plus haute qualité ». Et pour cause, après être entré dans le service diplomatique du Saint-Siège en 1980, Mgr Migliore a multiplié les hautes responsabilités diplomatiques. Mandaté auprès des représentations pontificales en Angola, aux États-Unis, en Égypte et en Pologne, il est désigné en 1992 envoyé spécial avec les fonctions d’observateur permanent auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg. Trois années plus tard, il devient sous-secrétaire de la Section pour les relations avec les États de la Secrétairerie d’État, charge qu’il occupera pendant sept ans.

En octobre 2002, le prélat est nommé au poste prestigieux d’Observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’Organisation des Nations unies à New York (États-Unis), un poste qu’il occupera pendant huit ans. Il démarre ensuite dès 2010 une série de responsabilités en nonciature. Il est d’abord missionné par le pape Benoît XVI en Pologne, puis on lui confie en 2016 la fédération russe, à laquelle s’ajoute l’année suivante l’Ouzbékistan. Mgr Migliore succède donc à Mgr Ventura arrivé à Paris en 2009. Depuis février 2019, le prélat fait l’objet de plaintes pour agression sexuelle. Ayant atteint l’âge canonique de la retraite, 75 ans le 9 décembre dernier, le pape François a accepté sa démission « pour raison d’âge ». Pendant la vacance qui a suivi, l’intérim a été assurée par le premier conseiller de la nonciature, Mgr Andrea Ferrante, en qualité de « chargé d’affaires ad interim ».