Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’ardente prière pour la paix des frères dominicains d’Erbil

Des missiles iraniens ont visé des installations militaires en Irak, en riposte à l'assassinat de Qassem Soleimani.
Mercredi 8 janvier, des missiles iraniens ont visé des installations militaires américaines en Irak.
Partager

L’assassinant du général Qassem Soleimani par les États-Unis a rendu l’avenir encore plus incertain pour les chrétiens d’Irak. La communauté du couvent dominicain Pierre Martyr, basée à Erbil, craint un nouvel exode et ne cesse de prier pour la paix.

« Le soleil se lève sur Erbil : entre ombre et lumière, nous prions pour la paix en Irak et dans la région. Pas de victime ici ce soir : le dialogue entre les personnes de bonne volonté peut prévaloir. » C’est le message envoyé par le couvent dominicain Pierre Martyr à l’agence d’information italienne Sir. Sur les plusieurs missiles lancés par l’Iran ce mercredi 8 janvier, l’un est tombé à 50 kilomètres d’Erbil, explosant en pleine campagne sans faire de victimes. Les enfants sont donc retournés à l’école et leurs parents ont repris le travail, comme l’a indiqué le frère Olivier Poquillon, qui vit à Erbil depuis le mois de septembre 2019.

Crainte d’un nouvel exode

Bien qu’aucun mort ne soit à déplorer pour l’instant, les frères « continuent de prier pour la paix ». Ils craignent toujours une dangereuse escalade, qui pourrait aboutir à un nouvel exode de chrétiens. Ces derniers sont pris en étau entre les milices pro-iraniennes et l’armée américaine. Le père Rami Simun, du couvent des dominicains de Bagdad, a confié à France Info que « certains sont déjà partis au nord du pays, ou en Jordanie et au Liban ». « Les gens sont dans l’attente, ils cherchent en priorité à sauver leur vie », a-t-il ajouté. L’hypothèse la plus redoutée par les populations locales est celle d’un affrontement sur le terrain entre les États-Unis et l’Iran. Le conflit risquerait alors de s’étendre à plusieurs pays voisins.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]