Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

La relation particulière que sainte Faustine entretenait avec son ange gardien

Ange gardien
UMB-O/Shutterstock
Partager

Son ange gardien ne la lâchait jamais. Sa présence lui était toujours d’un grand réconfort. Il marchait à côté d’elle, il la protégeait en toute circonstance, il la défendait de toutes sortes de dangers… L’ange gardien de sainte Faustine était pour elle un ami très fidèle.

En commençant la lecture des écrits spirituels de sainte Faustine, religieuse polonaise, apôtre de la miséricorde divine, on pourrait imaginer que sa vie a été plus facile que celle des autres. Ne disait-elle pas que son ange gardien, comme d’autres esprits célestes, l’accompagnaient de façon invisible et visible tout au long de sa vie ? Pourtant la mystique polonaise avoue plusieurs fois dans son Journal que chaque journée commence et se termine pour elle par un véritable combat intérieur. Et dès qu’un obstacle lui est évité de justesse, dix autres le remplacent dans l’immédiat…

Communier avec les esprits célestes est une grâce. Les avoir comme amis fidèles, guides de prière et confidents de l’action de Dieu, est merveilleux. Mais les anges ne prenaient pas la place de sœur Faustine dans les décisions difficiles. Elle devait les affronter elle-même. En revanche, ceux-ci I’encourageaient dans ses efforts, ils la réconfortaient dans ses inquiétudes et la protégeaient des dangers.

Un tuteur personnel sur le chemin vers l’éternité

C’est à la fin de sa vie que sainte Faustine est transférée au monastère de Cracovie. On lui confie le travail à l’accueil. Cette nouvelle tâche est très difficile à cause des émeutes constantes de l’époque et de l’hostilité de certains à l’égard de l’Église. Un jour, au cours de sa conversation mystique avec Dieu, Faustine décide de lui demander qu’aucune personne motivée par une mauvaise intention n’ose s’approcher du monastère. Elle entend alors ces paroles de Jésus : « Ma fille, j’ai mis un ange à l’entrée, au-dessus du portail. Soyez tranquille. » (Journal 1271).

Et son vœu est exaucé. La religieuse polonaise connaît une proximité particulière avec son ange gardien. Un jour, lors d’un voyage en train, Faustine le voit à côté d’elle en train de prier et de contempler Dieu (Journal 490). Il lui apparaît souvent, même dans les tâches les plus ordinaires, jusqu’à la cuisine et au jardin. Un signe à quel point Dieu, à travers son ange gardien, est proche de la vie quotidienne, de ses petites joies comme de ses souffrances (Journal 1312). Comme un jeudi, alors qu’elle célèbre l’heure sainte, sœur Faustine ressent un puissant malaise physique. Elle décide cependant de continuer à prier. En retournant à sa cellule, elle ressent une attaque du diable. Effrayée, elle appelle son ange gardien. Celui-ci lui apparaît et dit en la raccompagnant : « N’ayez pas peur, épouse de mon Seigneur bien-aimé. Ces esprits ne vous feront aucun mal sans Sa permission » (Journal, 419).

Toute sa vie, l’ange gardien de sainte Faustine restera un fidèle ami. Un tuteur personnel, comme le décrivait lui-même saint Thomas d’Aquin. Celui que l’on appelle le « docteur angélique » a écrit dans sa Somme théologique que lorsqu’une personne est née, on lui attribue un tuteur. Ainsi, chacun a son propre ange gardien.

Pour saint Thomas d’Aquin, le monde invisible est réel, une armée de créatures célestes veillent sur lui, avec l’aide particulière, inlassable et discrète de son ange gardien à chaque instant.

Pour saint Thomas, nous avançons dans nos vies terrestres vers notre patrie céleste. Et sur ce chemin, nous sommes menacés par de nombreux dangers qui viennent « de l’intérieur et de l’extérieur. » Pour y faire face il nous faut une protection spéciale. Aussi, tant qu’il pèlerine sur ce chemin terrestre, l’homme se voit attribuer un gardien spécial : son ange gardien. Et lorsqu’il atteint enfin le bout du chemin, l’homme n’a plus d’ange gardien, mais un « ange régnant avec lui dans le Royaume céleste, ou un mauvais esprit en enfer », précise-t-il encore (ST I, 113, 4).

Il n’est donc pas vrai que l’homme est abandonné à sa solitude. Le monde invisible est réel, une armée de créatures célestes veillent sur lui, avec l’aide particulière, inlassable et discrète de son ange gardien à chaque instant. Ne dédaignons ceux que nous ne voyons pas, pour lesquels Dieu, sans sa sollicitude, nous envoie souvent des témoins comme sainte Faustine.

La hiérarchie des anges :