Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

En Éthiopie, des chercheurs découvrent une basilique du IVe siècle

ANTIQUITY
Partager

Des archéologues ont mis à jour les vestiges d’une basilique chrétienne du IVe siècle en Éthiopie. Une découverte de taille qui témoigne d’une présence chrétienne dans la région dès les premiers siècles de l’ère chrétienne.

Elle refait surface après avoir sombré dans l’oubli pendant des siècles. Des archéologues ont annoncé mi-décembre dans la revue Antiquity avoir découvert les vestiges d’une cité antique en Éthiopie. Parmi les découvertes, les restes d’une ancienne basilique datant du IVe siècle. Une trouvaille qui vient couronner des recherches entamées en 2009 dans la région de Yeha, au nord du pays. Les archéologues ont choisi de nommer la cité « Beta Samati », ce qui signifie « foyer d’audience ». Manifestement, le site, qui fait 14 hectares, devait être d’une grande importance pour le royaume d’Aksoum, dont la civilisation a été l’une des plus puissantes au monde. Selon les datations, la dernière occupation du site remonterait au VIIe siècle après Jésus-Christ.

Une preuve physique de taille

La découverte d’une basilique primitive — qui prend la forme d’un vaste bâtiment rectangulaire — permet également un nouvel éclairage sur l’arrivée du christianisme en Afrique. Comme l’indique le magazine Smithsonian, cela conduit les chercheurs à croire que la foi s’est répandue en Éthiopie à cette époque. Aksoum serait ainsi le premier royaume chrétien d’Afrique. Selon la tradition éthiopienne, le christianisme est apparu pour la première fois sur place au IVe siècle, lorsque Frumentius, un missionnaire de langue grecque, a converti le roi Ezana. Une thèse remise en cause par Aaron Butts, professeur de langues sémitiques et égyptiennes à l’Université catholique de Washington. Cette trouvaille « est ma connaissance la première preuve physique d’une église en Éthiopie, ainsi que de toute l’Afrique subsaharienne », a-t-il déclaré.

Dans cet édifice de style romain, les chercheurs ont mis la main sur de nombreux objets profanes et religieux qui témoignent d’un mélange de culture chrétienne et païenne : une bague en or et cornaline, des figurines bovines ainsi qu’un pendentif en pierre sur lequel on distingue une croix et une inscription dont la signification serait « vénérable croix ». « Les fouilles à Beta Samati ont fourni de nouvelles informations importantes sur les société pré-aksoumites et aksoumites », affirment les chercheurs en concluant le rapport. Ils espèrent pousser les investigations davantage encore afin de faire découvrir la riche histoire de cette région.

En images : en Éthiopie, les étonnantes églises de la Jérusalem noire
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]