Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le message de réconfort du pape François aux chrétiens d’Orient

Partager

Alors que la tension est encore montée d’un cran dans la nuit de mardi à mercredi entre les États-Unis et l’Iran, le pape François a tenu lors de l’audience générale du mercredi à rassurer les chrétiens de la région : « Dieu veille sur nous, il est toujours proche de nous ».

Depuis l’assassinat vendredi 3 janvier du général iranien Qassem Soleimani, plusieurs hauts responsables religieux alertent des conséquences dramatiques qui pèsent sur les chrétiens, en particulier en Irak, au Liban ou encore en Syrie. Au cours de son audience générale ce mercredi 8 janvier salle Paul VI, le pape François les a assurés de son soutien et de ses prières. « Dieu veille sur nous, il est toujours proche de nous », a-t-il déclaré, avant d’ajouter : « Dans les moments les plus tristes de notre vie, dans les moments les plus angoissants et les plus éprouvants, nous ne devons pas avoir peur mais être audacieux comme l’a été Paul ». Le Souverain pontife faisait référence à l’apôtre Paul qui, au cours de son voyage en bateau vers Rome, avait pris soin de l’équipage apeuré par une tempête.

Les chrétiens, victimes collatérales ?

Lors de la prière de l’Angélus ce dimanche 5 janvier, le Saint-Père avait déjà déploré l’ « atmosphère terrible de tension » ressentie actuellement « dans tant d’endroits du monde ». Les chrétiens, en particulier en Irak, pourraient être les victimes collatérales des tensions entre l’Iran et les Etats-Unis. Dès le lendemain de l’assassinat du général iranien Qossem Soleimani, le cardinal Louis Raphaël Sako, patriarche des Chaldéens, avait regretté que son pays soit transformé en une « arène » où Américains et Iraniens peuvent « régler leurs comptes ».

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]