Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Des parents d’enfants « imparfaits » signent une tribune éloquente

© Florence DURAND / SIPA
Partager

Alors que le projet de loi bioéthique est examiné par le Sénat depuis ce mardi 7 janvier, une tribune publiée dans FigaroVox donne la parole à 26 parents confrontés à la maladie génétique d’un ou plusieurs de leurs enfants. Ils s’opposent à l’élargissement du diagnostic préimplantatoire aux aneuploïdies (DPI-A) et dénoncent un « eugénisme 2.0 ».

La question de l’élargissement du diagnostic préimplantatoire aux aneuploïdies (DPI-A), c’est-à-dire aux anomalies liées au nombre de chromosomes, actuellement portée devant les sénateurs, a conduit les parents de Gaspard, Claire, Syméon, Côme, Philomène, Timothée, et tant d’autres, à prendre la plume dans une tribune collective publiée dans FigaroVox le 6 janvier 2020, pour s’élever contre cette revendication qui reviendrait à réaliser une sélection sur les embryons. « Nous désapprouvons le DPI-A, parce que cette demande conduit à opérer un tri eugénique sur la seule base de critères génétiques », affirment-ils. Et de souligner la défaite d’une médecine qui s’attacherait à éliminer les malades au lieu de chercher à les soigner : « Nous voulons d’une recherche qui s’attache à guérir les maladies génétiques, à guérir nos enfants, plutôt que de stigmatiser et de supprimer les malades qui en sont porteurs ».

Sans pour autant renier les difficultés éprouvées par leurs enfants malades et leur famille, ils soulignent l’amour, l’émerveillement et le dépassement qu’inspirent leurs vaillants petits combattants : « Nous savons d’expérience que vouloir vivre sans souffrance, c’est se condamner à vivre sans amour », témoignent-ils en chœur. Le texte du projet sera examiné en séance à partir du 21 janvier prochain.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]