Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi les catholiques s’inclinent-ils parfois quand le nom de Jésus est prononcé ?

HARLEM,NEW YORK,BURKINA FASO,CORPUS CHRISTI
Partager

Aujourd’hui encore, au cours de la messe, de nombreux catholiques inclinent la tête lorsqu’est prononcé le nom de Jésus. Cette tradition a été instituée par le pape Grégoire X au XIIIᵉ siècle.

Au cours de la messe, les catholiques adoptent différents gestes. « Toute la personne est engagée et les gestes qu’elle pose revêtent autant d’importance que les mots, les chants, les silences », explique ainsi la Conférence des évêques de France. C’est un ensemble d’éléments variés qui fait accéder au mystère et entrer en relation avec Dieu. « Bien entendu, il ne s’agit pas de sombrer dans le ritualisme qui, parce que le geste devient automatique et déconnecté de l’intention, le réduit à sa plus simple expression et finit par en tuer la puissance symbolique et spirituelle. Il s’agit de regarder le sens de ces petits gestes de la liturgie, gestes parfois inaperçus ou négligés, pour en retrouver le sens et la portée spirituelle ».

Se signer avec l’eau bénite, s’agenouiller, joindre et ouvrir les mains… L’un d’eux, le fait de s’incliner quand est prononcé le nom de Jésus, même s’il n’est plus très courant aujourd’hui, a été pratiqué pendant des siècles. Institué par le pape Grégoire X au XIII, il trouve son origine dans ce passage de la lettre de saint Paul aux Philippiens (Ph 2, 9-11)

C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père.

En instituant ce geste, le pape Grégoire souhaitait que chacun honore ainsi le nom de Jésus et se soumette intérieurement à Dieu par un simple acte d’amour. Si ce geste n’est aujourd’hui adopté que par certains laïcs et certains prêtres, il est bon d’en rappeler l’origine et ce qu’elle témoigne, à savoir un désir intérieur d’honorer Dieu, le seul nom par lequel nous sommes sauvés.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]