Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Des toxicos aux prostituées : le témoignage décapant d’un curé familier des périphéries

Chauveau
François-Régis Salefran
Le père Jean-Philippe Chauveau, fondateur de l'association Magdalena.
Partager

Il apparaît dans le film « Lourdes », où il accompagne chaque année des prostituées en pèlerinage. Dans son deuxième livre, « Qui leur jettera la première pierre ? » (Ed. Salvator), le père Jean-Philippe appelle les chrétiens à se mobiliser auprès de ces parias de nos sociétés et nous livre de bouleversants témoignages.

Thalia est née en Colombie : à l’adolescence, elle bascule dans le transsexualisme. Victime des railleries et la réprobation de son entourage, elle fuit son pays pour la France, où elle se retrouve embarquée dans la prostitution. C’est au bois de Boulogne qu’elle croise la route du prêtre. Elle émet le désir de tourner le dos à sa vie chaotique et rejoint la maison d’accueil qu’il a fondée pour elle et ses compagnes de galère, non loin de Fontainebleau. « Les premiers mois ont été très difficiles, admet-elle. Puis, je me suis habituée (…) et pour la première fois de ma vie, je me suis rencontrée moi-même. (…) le Seigneur m’a relevée (…). Je me suis laissée porter par lui. J’ai pris sa main et je me suis abandonnée à lui. » 

Ce témoignage est l’un des plus poignants de l’ouvrage du père Chauveau, membre de la communauté Saint-Jean, avec celui de Camélia, une musulmane également transsexuelle, qui dit avoir retrouvé espoir en découvrant la figure de Marie-Madeleine : « Grâce à elle, je sais que Dieu m’aime, qu’il m’a pardonnée, qu’il me tend la main. »

« J’ai partagé ces récits dans mon livre pour rendre hommage à la détermination de ces femmes malmenées par la vie et qui sont si courageuses, confie à Aleteia “le padre”, comme l’appelle ses protégées. Thalia suit des cours de français, elle se bat. Camélia s’en sortira grâce à sa ferveur spirituelle, qui est incroyable. »

Le caractère catholique de la maison est pleinement affiché, même si les croyances de chacune sont respectées : « la prière fait partie des piliers de la vie communautaire, l’eucharistie est un moment-clé de la journée et le chapelet est récité tous les soirs à la chapelle. »

Incarner la tendresse

« Aujourd’hui, plus que jamais », martèle le père Jean-Philippe dans son livre, « il nous faut une révolution de la tendresse. Cela nous sauvera. »

La tendresse, Dieu sait qu’il en a manqué, lui qui a grandi dans une famille athée, décimée par l’alcoolisme. Enfant maltraité, balloté de pensions en maison de correction, violé au seuil de l’adolescence, il ne trouve la paix qu’en découvrant l’amour de Dieu, grâce à un collègue de travail chrétien qui le prend sous son aile.

Sur la route qui le mène à la prêtrise, on croise Chateauneuf-de-Galaure (Drôme) et Marthe Robin, Lisieux et la petite Thérèse, l’Arche de Jean Vanier. Depuis son ordination en 1982, il n’a de cesse de se préoccuper du sort des plus pauvres : il a créé Saint-Jean Espérance pour les toxicomanes, puis des Repas du Cœur pour les plus démunis, enfin la fédération Magdalena, à destination des prostituées. (Des bénévoles les accueillent en camping-car dans plusieurs villes de France).

« Il suffit d’oser la première rencontre, recommande le père dans son ouvrage, en ayant à l’esprit que ce n’est pas moi qui vais à eux, mais que je les laisse venir à moi. »

Qui leur jettera la première pierre
Salvator

Qui leur jettera la première pierre ?, du père Jean-Philippe Chauveau, Salvator, novembre 2019, 20 euros.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]