Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

L’échange savoureux entre l’humoriste Haroun et un prêtre catholique

Haroun / Père Grégoire Corneloup
© Capture d'écran vidéo / Brut
Le père Grégoire Corneloup échange avec l'humoriste Haroun.
Partager

« Peut-on rire de tout ? ». Telle est la question posée par l’humoriste Haroun, actuellement sur scène au théâtre Edouard VII à Paris. Pour y répondre, il a demandé son avis à l’abbé Grégoire Corneloup, prêtre youtubeur et humoriste. Leur échange a été diffusé par Brut le 10 décembre 2019.

« Dans mon spectacle, j’avais fait une analogie entre les affaires pédophiles dans l’Église et les attentats pour les musulmans. C’est-à-dire que cela doit les blesser au plus profond d’eux-mêmes parce qu’ils essayent de se battre contre des images qu’on leur colle », explique le jeune Haroun, 35 ans, au père Grégoire Corneloup dans une vidéo diffusée par le média vidéo Brut. Son but est d’apporter des nuances grâce aux traits d’esprits, grande passion de ce jeune homme à l’allure d’intellectuel. Leur point commun, ici, n’est pas seulement le sujet de la religion, mais l’humour. Car le prêtre est aussi connu sous le pseudonyme de « père Dany » grâce à la chaîne YouTube The World of Dany où il poste des vidéos humoristiques réalisées dans sa paroisse. C’est d’ailleurs grâce à cette chaîne qu’Haroun l’a découvert, lui qui se demandait si l’Église catholique savait rire un peu. Le prêtre évoque devant le jeune comédien les sketchs des Inconnus ou de Gad Elmaleh qui l’ont inspiré pour des homélies.

En rire avec Haroun – Épisode 4

Comment rire avec tout le monde ?Haroun en parle avec le père Grégoire Corneloup, prêtre à Morhange.

Geplaatst door Brut op Dinsdag 10 december 2019

Le respect, une valeur oubliée ?

Une des questions qui taraude Haroun est celle du respect à travers l’humour. « Ce n’est pas un problème que ça dérange, mais je ne viens pas te juger, je ne viens pas t’écraser », note le père Corneloup. Et de rappeler un sketch des Inconnus qui l’a blessé où les comiques imitent Jésus partageant le pain muni d’un hamburger. « Par ricochet, voyant ce qui me blesse, je me dis qu’il y a des choses qui peuvent blesser d’autres personnes qui n’ont pas les mêmes convictions que moi ». Pour Haroun, le respect une valeur importante qu’il a choisi de la mettre à l’honneur lors d’une chronique intitulée « Oraison funèbre du respect » qu’il a proposée aux auditeurs de France Inter le 16 décembre 2019.

« On entend un peu partout que le Respect est mort. Le Respect est mort, vive le Respect », commence-t-il. « On dit que ce sont les meilleurs qui partent les premiers, on devrait plutôt dire qu’on s’aperçoit que ce sont les meilleurs qu’une fois qu’ils sont partis ». Tiraillé entre les réseaux sociaux qui lui font défaut et les multiples manifestants qui le réclament, il termine son texte par une autre question, fidèle à sa passion pour les philosophes. « Peu importe qui est le responsable, ça ne te fera pas revenir. Mais dans cet instant de recueillement me vient une autre question : quelqu’un a des nouvelles de la dignité ? ».

Le prêtre qui dépoussière l’image de l’Église

L’abbé Grégoire Corneloup s’est déjà fait remarquer lors des événements liés aux Gilets jaunes en fin d’année 2018. Vêtu d’une soutane noire et d’une branche de sapin, il bénissait manifestants et membres des forces de l’ordre. Par sa présence, il souhaitait également apporter son soutien à une cause qui lui paraissait juste. Prêtre du diocèse de Metz, il était à ce moment-là chargé de l’animation pastorale à l’École de vie Don Bosco de Trie-Château dans l’Oise.

Mais c’est dans son diocèse qu’il a commencé à réaliser ses sketchs humoristiques avec l’aide d’un paroissien vidéaste, Davy Klein. Actuellement en fonction dans la paroisse de Morhange, il continue de dépoussiérer l’image parfois trop sérieuse des membres de l’Église. Son but n’est pas uniquement de faire rire, mais de témoigner de la vraie joie et de l’essentiel. Ainsi le voit-on quitter précipitamment un terrain de foot alors qu’il est sur le point de gagner, au moment où les cloches de l’église se mettent à sonner. Le père Dany veut montrer la joie intérieure qui se cache sous un visage sérieux. Il montre que la vie bouillonne en lui tout comme en toute autre personne. À l’en croire, son énergie vient du fait qu’il ait mis Jésus en premier dans sa vie. Et même s’il manque de temps pour mettre régulièrement des vidéos en ligne des vidéos, on compte déjà plus de 50.000 vues sur son compte YouTube.