Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Notre-Dame jour par jour : une partie du Trésor visible du grand public

P Deliss / Godong
La couronne d'épines du Christ conservée à Notre-Dame de Paris.
Partager

Si la majorité du Trésor de Notre-Dame, mis à l’abri le soir de l’incendie du 15 avril 2019, est toujours en lieu sûr dans les réserves du Louvre, une partie de celui-ci est cependant visible à plusieurs endroits de la capitale.

Le Trésor de Notre-Dame, sauvé des flammes, est toujours en sécurité dans les réserves du Louvre comme l’ont confirmé, il y a quelques mois à Aleteia Mgr Chauvet, recteur de la cathédrale et Laurent Prades, le régisseur. « Nous espérons qu’il soit exposé durant la durée des travaux », avait confié Mgr Chauvet. Un projet actuellement en discussion.

En attendant qu’un lieu sécurisé soit validé pour exposer l’ensemble du Trésor au grand public, quelques pièces sont déjà sorties des réserves et désormais visibles à plusieurs endroits de Paris. C’est le cas pour quelques objets liturgiques, prêtés exceptionnellement à la mairie du Ve arrondissement de Paris dans le cadre de l’exposition consacrée au 1.600e anniversaire de sainte Geneviève, patronne de Paris et du diocèse de Nanterre.

ostensoir des orfèvres de 1949, offert par les orfèvres de Paris à l’occasion du cinquième centenaire de leur corporation
© Trésor de Notre-Dame de Paris
L'ostensoir des orfèvres de 1949, offert par les orfèvres de Paris à l’occasion du cinquième centenaire de leur corporation.

Parmi les chefs-d’œuvre exposés, l’ostensoir des orfèvres de 1949, offert par les orfèvres de Paris à l’occasion du cinquième centenaire de leur corporation ; la crosse de Mgr Roger Beaussart, évêque auxiliaire de Paris de 1935 à 1945, où est représentée, dans la volute, sainte Geneviève en ivoire regardant Notre-Dame ; la crosse de Mgr Paul-Louis Touzé, évêque auxiliaire de Paris de 1943 à 1957, illustrant la sainte apparaissant dans une mandorle ; un ostensoir en vermeil offert par l’empereur Napoléon III dont le pied est orné d’une statue de la sainte patronne de Paris ; enfin, une chapelle liturgique offerte par le comte d’Artois en 1823 à l’église Sainte-Geneviève, aujourd’hui en dépôt au Trésor de la cathédrale Notre-Dame.

ostensoir de Napoléon III
© Trésor Notre-Dame de Paris
Ostensoir en vermeil offert par l’empereur Napoléon III dont le pied est orné d’une statue de sainte patronne de Paris.

Enfin, en septembre dernier, la couronne d’épines a été proposée exceptionnellement à la vénération le premier vendredi du mois. Mais depuis cette date, elle ne fait plus, actuellement, l’objet d’une vénération mensuelle comme c’était le cas à Notre-Dame de Paris. La relique est, en effet, toujours conservée dans les réserves du Louvre en attendant de lui trouver un lieu sécurisé à Saint-Germain-l’Auxerrois. Les vénérations devraient reprendre pendant le Carême selon l’Ordre du Saint-Sépulcre mais rien n’est acté pour le moment.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]