Aleteia
Mardi 20 octobre |
Sainte Adeline
Au quotidien

Existe-t-il une seule bonne raison pour ne pas passer Noël en famille ?

Famille à Noël

Jérémie JUNG/CIRIC

Mathilde de Robien - Publié le 05/12/19

Noël, à l’image de la Sainte Famille réunie pour la première fois, est la fête familiale par excellence. Non par simple tradition mais pour se réjouir ensemble de la naissance du Christ. La rédaction d’Aleteia a passé en revue d’éventuels prétextes empêchant de passer Noël en famille, et a trouvé des solutions.

Lorsqu’on a la chance d’avoir une famille, mêlant trois voire quatre générations, Noël demeure une belle occasion de se retrouver sous le signe de la joie, de la paix et de l’amour. De la joie car nous sommes appelés à fêter la naissance du Christ (et on ne fait pas la fête tout seul), de la paix car Jésus dès sa venue est proclamé « Prince de la Paix » (Is 9, 5) et de l’amour car le Sauveur en déverse dans le cœur de ses enfants. Pourtant, il arrive que certains fassent la fine bouche, et prétextent mille et une raisons pour ne pas fêter Noël en famille. Y en a-t-il même une seule valable ? Une publicité allemande datant de 2015 a de manière émouvante mis en scène la solitude d’un grand-père le soir de Noël, n’ayant trouvé d’autre moyen pour rassembler sa famille que d’envoyer son propre faire-part de décès. Une invitation à revoir ses priorités. Voici une liste de huit mauvais prétextes qui ne marchent pas!

1« Ma (belle-) famille n’est pas catholique ! »

Si vous êtes catholique convaincu, il peut être effectivement frustrant de passer Noël au sein d’une famille pour qui la naissance du Christ a moins d’importance que le menu du réveillon ou le nombre de cadeaux sous le sapin. Cependant, ce qui compte sans doute aux yeux de vos parents ou beaux-parents, c’est de réunir leurs enfants et petits-enfants à ce moment-là. Un minimum d’empathie à leur égard vous fera donc oublier votre désir personnel de fêter Noël comme vous l’envisagiez, pour leur faire finalement le plus beau cadeau qu’ils espéraient. De plus, rien ne vous empêche de leur proposer de venir à la messe avec vous. En ce soir de Noël, peut-être même que votre place est précisément à leurs côtés car sans le vouloir vous leur offrez un magnifique témoignage de ce que représente Noël pour vous.

2« Ma (belle-) famille est trop catho ! »

Quatre messes en deux jours, bénédicités à chaque repas, prière familiale avant de se coucher, un simple bouillon le 24 au soir, c’est fini, vous n’en pouvez plus, votre famille ou belle-famille est décidément « trop catho », et trop, c’est trop ! Pourquoi subir comme une pression la manière des autres de vivre leur foi ? Assumez votre façon à vous d’être chrétien et tout ira bien ! Personne ne vous oblige à vous lever pour la messe de l’Aurore, ni ne vous tiendra rigueur de ne pas assister à la prière familiale. Et encore moins si cela les prive de votre présence le jour de Noël.

3« Impossible ! On est brouillé ! »

Cela fait peut-être des mois ou des années que vous n’avez pas adressé la parole à votre père, votre mère, votre frère ou votre sœur, et vous n’imaginez pas une seconde passer Noël avec eux. Pourtant, Noël n’est-il pas connu pour sa trêve, même au beau milieu des champs de bataille ? Pensez à l’Enfant Jésus proclamé Prince de la Paix. Cette année n’est-elle pas le moment de vous réconcilier ? Si ce n’est pas à Noël, alors quand ? Noël fournit un excellent prétexte pour faire le premier pas, alors profitez de l’occasion et n’attendez pas Noël prochain !


DISPUTE

Lire aussi :
Comment se réconcilier après une dispute quand on est convaincu d’avoir eu raison ?

4« Plutôt mourir ! Du bruit, des mioches qui courent dans tous les sens, merci du cadeau »

Pas facile d’être célibataire au milieu d’une fête familiale. Il y a du monde, du bruit, du dérangement, peut-être même avez-vous dû laisser votre chambre à vos neveux, cruelle injustice. Vous rêvez d’une veillée de Noël calme et tranquille et d’une matinée où on ne passe pas des heures à déballer les cadeaux en s’extasiant bêtement. Ce sera peut-être encore raté cette année mais consolez-vous en vous disant que cette famille, aussi bruyante soit elle, c’est la vôtre, qu’aucune famille n’est parfaite et que vous avez votre place parmi ces parents sans gêne et ces enfants excités. Même s’il ne le montre pas toujours, tout ce petit monde a besoin de vous. Et puis vous n’êtes pas obligé d’y passer la semaine !

5« Cette année, on a prévu de partir en Martinique avec les enfants »

Projet familial prévu de longue date, vous serez sous les cocotiers le soir de Noël, expérience inouïe que vous attendez depuis des mois. Dans ce cas-là, pense-t-on réellement à ses proches qui seront peut-être seuls ? L’avantage, avec Noël, c’est que la date est toujours la même, pas comme Pâques où on ne sait jamais trop quand cela va tomber. Il est donc facile de s’organiser si l’on veut être présent le jour de Noël. Un voyage à l’étranger avec ses enfants, ça se déplace. Noël, non.


CHRISTMAS

Lire aussi :
Quatre attitudes à cultiver pour l’Avent

6« Ils habitent tellement loin ! »

C’est sûr, la distance géographique demande un effort supplémentaire. Surtout avec des mouflets insupportables en voiture. Mais si vous ne parcourez pas tous ces kilomètres à Noël, alors quand le ferez-vous ? Et quelques heures de trajet, ce n’est pas cher payé par rapport à l’unité familiale et à la joie d’être ensemble. Une autre solution serait de trouver un lieu qui soit à mi-chemin pour tout le monde. Plus de prétexte pour ne pas venir !

7« La naissance est prévue le 26 décembre ! »

Crainte légitime d’un couple qui attendrait la naissance d’un enfant, et qui ne voudrait pas se trouver à des kilomètres de la maternité les jours précédents le terme. Dans ce cas, peut-être est-ce le moment de déroger à la tradition familiale pour fêter Noël dans un lieu qui soit plus accessible à la femme enceinte. De même, si des membres de la famille sont malades ou hospitalisés, Noël est l’occasion de se rapprocher d’eux.

8« Je travaille le 24 »

Beaucoup travaillent le 24. Mais si certains sont effectivement indispensables ce soir-là auprès de leurs patients, de leurs clients ou pour la bonne marche de l’entreprise, d’autres ont la possibilité de faire le choix de poser un jour de congé ou de sortir plus tôt que d’habitude (minuit, ça laisse le temps d’arriver !). Un discernement nécessaire pour que le boulot ne soit pas un mauvais prétexte.

Découvrez nos idées de BD inspirantes à offrir à Noël :

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
AventEnfantsFamilleMesseNoël
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
WEB2-SAMUEL PATY-AFP-000_8TB6FJ.jpg
Agnès Pinard Legry
Professeur décapité : des intentions de prièr...
Agnès Pinard Legry
Avec le couvre-feu à 21h, les paroisses contr...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
WEB2-ERIC DUPOND-MORETTI-AFP-080_HL_NORCHARD_1209116.jpg
Agnès Pinard Legry
La discrète visite d’Éric Dupond-Moretti à la...
MORNING
Cerith Gardiner
Dix paroles inspirantes pour commencer sa jou...
Edifa
Connaissez-vous vraiment toutes les missions ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement