Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un catholique peut-il être débaptisé ?

© Pascal DELOCHE / GODONG
Partager

Ces dernières années, des personnes cherchent à être « débaptisées » et retirées des registres paroissiaux, « reniant » ainsi officiellement leur éducation et coupant les liens avec l’Église catholique. Est-ce possible ?

La puissance spirituelle du baptême ne peut être effacée. Le Catéchisme de l’Église catholique dispose qu’ »incorporé au Christ par le baptême, le baptisé est configuré au Christ (cf. Rm 8, 29). Le baptême scelle le chrétien d’une marque spirituelle indélébile (character) de son appartenance au Christ. Cette marque n’est effacée par aucun péché, même si le péché empêche le baptême de porter des fruits de salut. Donné une fois pour toutes, le baptême ne peut pas être réitéré. » (n°1272)

Cela signifie que même si une personne pèche contre Dieu en le « reniant » de manière formelle, cette action ne peut effacer la marque spirituelle laissée par le baptême. Le Catéchisme ajoute que « le “sceau du Seigneur” (Dominicus character) est le sceau dont l’Esprit saint nous a marqués “pour le jour de la rédemption”. “Le baptême, en effet, est le sceau de la vie éternelle”. Le fidèle qui aura “gardé le sceau” jusqu’au bout, c’est-à-dire qui sera resté fidèle aux exigences de son baptême, pourra s’en aller “marqué du signe de la foi.” » (n°1274)

Le sceau du baptême ne garantit pas un « ticket » pour le Ciel, mais il marque l’âme d’une personne, et celle-ci sera jugée par Dieu selon cette marque. Sachant cela, un prêtre ne peut retirer une personne du registre paroissial du fait de la nature permanente du sacrement du baptême. Certains baptisés en font néanmoins la demande. En France, des mentions marginales peuvent être ajoutées au registre. Mais la justice estime que l’inscription ne porte pas atteinte à la vie privée et qu’il n’y pas lieu de supprimer purement et simplement le nom d’un baptisé des registres.

Dieu est d’une patience infinie

De la même façon une personne ne peut pas être baptisée une deuxième fois. Si tant est que le premier baptême est valide, un catholique qui aurait renoncé officiellement à la foi n’a pas besoin de recevoir à nouveau le baptême pour redevenir chrétien. Demander avec sincérité à recevoir le sacrement de réconciliation (et accomplir toute forme de pénitence en lien avec les péchés commis) a le pouvoir de laver la personne de tous ses péchés et de restaurer son innocence baptismale.

De la même façon, les athées et les satanistes qui se repentent de leurs péchés sont à nouveau accueillis avec joie dans la famille des chrétiens et n’ont pas besoin d’être rebaptisés. Dieu est d’une patience infinie et même quand nous nous aventurons loin des promesses de notre baptême, il ne nous abandonne pas. Il est le « Berger du Ciel » et ne cessera jamais de partir à notre recherche. Il ne tient qu’à nous de décider si nous lui donnons la possibilité de nous retrouver et d’accepter son amour dans nos vies.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]