Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand Gaspard Proust parle de Dieu, il « dérouille »

Gaspard Proust
Gaspard Proust dans « L'amour dure trois ans » (2011).
Partager

Interrogé cette semaine par « Le Point », l’humoriste Gaspard Proust, dont le seul-en-scène au ton caustique séduit de nombreux spectateurs, s’est confié sur son travail et a également abordé le thème de Dieu.

Inclassable Gaspard Proust… L’humoriste slovéno-suisse au verbe décapant s’est confié à l’hebdomadaire Le Point dans un entretien. Après avoir sabordé tour à tour les Français, le politiquement correct et les faux écolos, l’acteur de 43 ans a répondu à la fameuse question de Jacques Chancel, « Et Dieu dans tout ça ? ».

« Nous vivons sous la doctrine du principe de précaution. Mais on se garde bien de l’appliquer au divin. Certes, on n’arrive pas à prouver que Dieu existe. Mais on n’arrive pas non plus à prouver que Dieu n’existe pas », a-t-il répondu, avant de poursuivre avec la faconde abrasive qu’on lui connaît et d’invoquer le pari pascalien. « Cependant, par précaution, on l’a trucidé. Pourquoi, par précaution, ne garderait-on pas la porte ouverte ? C’est le pari de Pascal ».

« Tout ce qui élève »

Et il a continué de plus belle. « Quand je suis à Chamonix, quand je regarde autour de moi, je trouve cela très prétentieux qu’un être humain qui voit le monde avec ses pauvres trois dimensions puisse décréter qu’un être qui, par essence, est au-delà de l’entendement humain, qui serait constitué d’une infinité de dimensions, ne pourrait exister. Du reste, si on croit que le mal existe — et il existe —, alors, on ne peut pas ne pas croire au bien ». L’humoriste à l’esprit caustique et à l’exubérance tapageuse qui parle de « dérouiller les spectateurs » a également évoqué « la grâce » du comédien qui rencontre son public à travers son texte. Enfin, au sujet de ses lectures, il a affirmé lire « tout ce qui élève », citant Pascal, Dostoïevski, Lao-tseu, Soljenitsyne, et… l’Évangile.

Lire aussi : Humour : un jésuite et un franciscain se rencontrent dans un train…

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]