Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

L’Avent, un temps privilégié pour renouveler sa relation avec Dieu

crèche
© Creativa Images - Shutterstock
Partager

Avec le temps de l’Avent commence pour le chrétien une nouvelle année spirituelle. Les semaines qui précèdent Noël sont un temps privilégié pour renouveler notre relation à Dieu en méditant sur l’amour du Christ incarné qui s’offre à nous, sans attendre.

Voici que commence une nouvelle année liturgique. Pendant douze mois, l’Église propose de revivre, pas à pas, la vie terrestre du Christ. Pendant douze mois, nous allons suivre les étapes de « l’économie du Salut » — le dessein bienveillant de Dieu sur chacun d’entre nous — depuis la conception immaculée de la Vierge Marie, préalable nécessaire à l’incarnation du Fils de Dieu, jusqu’à l’annonce de la fin des temps et du combat ultime.

Un temps privilégié

Les quelques semaines qui précèdent Noël offrent un moment privilégié pour mieux prendre conscience de l’amour éblouissant du Christ pour nous. Le temps de l’Avent est un temps de recueillement, d’intériorisation, de méditation du grand mystère qu’est l’Incarnation. Dieu fait homme, Dieu qui vient pour nous, pauvres créatures infidèles. Il vient pour nous tendre la main, nous racheter et nous entraîner sur le chemin du Salut. Par amour pour nous, le Christ vient sur terre, déjà prêt à s’offrir en sacrifice sur la croix. Par amour pour nous, il revient, tout entier, lors de chaque consécration, et s’offre en nourriture. Que ce soit dans la crèche ou dans l’hostie sainte, Jésus, à chaque fois, s’offre de façon infiniment humble. Il est désarmé, il est impuissant face aux attaques sacrilèges, il est prêt à accepter tous les outrages, pourvu que nous l’aimions.

Jésus nous attend

Que ce soit dans le ventre de sa mère, dans la crèche ou dans l’eucharistie, le Christ nous attend, il compte sur nous. Oserons-nous répondre à son appel ? Oserons-nous l’aimer, et surtout, serons-nous assez humbles pour accepter de nous laisser aimer ? Jésus frappe sans cesse à la porte de notre cœur, comme un mendiant, un mendiant en quête d’amour. Il attend, hâtons-nous d’ouvrir. Ne prenons pas de vains prétextes dictés par notre orgueil, acceptons de nous montrer devant lui le cœur à nu, avec toutes nos misères, notre lâcheté, nos péchés. Jésus connaît déjà toutes nos défaillances. Malgré nos imperfections, il nous dit : « Donne-moi ton cœur, aime-moi tel que tu es, tout de suite ». Si, pour aimer Dieu, nous attendons d’être parfaits, nous ne l’aimerons jamais.

Dans l’instant présent

Vivons intensément notre relation à Dieu, dans l’instant présent. Ne nous apitoyons pas sur le passé, ne nous projetons pas dans l’avenir. Il est nécessaire de commencer tout de suite, car la sainteté est dans l’instant présent. Nous n’avons que l’instant présent pour aimer Jésus, demain, peut-être, nous ne serons plus. Toutes nos actions, même les plus insignifiantes, doivent être dictées par l’amour que nous portons au Christ. Acceptons humblement de nous laisser regarder par Dieu, offrons-lui notre amour absolu ; en échange, il remplira notre cœur et le formera à son image.

Que cette nouvelle année liturgique soit l’occasion d’imiter la Sainte Vierge Marie, d’ajouter à notre quotidien un supplément de spiritualité et de détachement, et de vivre dans l’attente joyeuse et recueillie de la venue du Sauveur.