Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 30 octobre |
Bienheureuse Bienvenue Bojani
home iconTribunes
line break icon

Le « politiquement correct » ? Une véritable censure indirecte

Micro et ordinateurs de journalistes

Salivanchuk Semen - Shutterstock

Guillaume de Prémare - Publié le 27/11/19

« Discréditer le discours d’autrui en refusant d’entrer dans un dialogue intelligent, c’est de la censure. Une censure indirecte, mais de la censure. »

Mgr Michel Aupetit a donné, lundi 25 novembre, un entretien au quotidien suisse 24 heures. Interrogé sur l’annulation par l’université de Bordeaux d’une conférence de la philosophe Sylviane Agacinski, opposante à l’extension de la PMA et à la GPA, il a réagi vivement : « La censure, contrairement à ce qu’on raconte, existe bel et bien en France, puisque quelqu’un qui pense autrement que la pensée majoritaire ne peut pas s’exprimer dans des lieux publics. Si on pense autrement, on est taxé de réactionnaire, d’homophobe…»

Discréditer, c’est censurer

L’archevêque de Paris exagère-t-il ? Après tout, la France est encore un pays de libre opinion. Il est toujours possible de s’exprimer sur ces sujets, de manifester, de défendre des options contraires à l’air du temps politico-médiatique. S’agissant de Sylviane Agacinski, ce n’est pas l’université qui l’a censurée, mais un petit groupe d’agitateurs qui est parvenu à intimider la direction de l’Université. Alors, pourquoi parler de « censure » ? Le mot est fort… 




Lire aussi :
Ce que pense Mgr Aupetit de la christianophobie

Dans ce même entretien, Mgr Aupetit précise son propos de manière plus générale : «Discréditer le discours des autres en refusant d’entrer dans un dialogue intelligent fondé en raison, c’est de la censure, je suis désolé. Une censure indirecte, mais une censure quand même.»

Chez le psychiatre

C’est ici que le débat devient intéressant. Il ne s’agit pas de censure formelle, comme elle existe dans les régimes autoritaires, mais d’une autre forme de censure : une censure indirecte. Quand l’adversaire idéologique est disqualifié par principe sans que ses arguments soient étudiés au fond, c’est une manière de la mettre à l’écart de la chose civique, comme s’il était un élément dangereux qui perturbait l’agora.

« Si vous dites que votre adversaire est “phobe”, vous n’avez pas à argumenter, vous l’envoyez chez le psychiatre. »

Auteur de l’essai L’Empire du politiquement correct (Cerf), l’intellectuel québécois Mathieu Bock-Côté explique ainsi ce processus, dans un entretien donné à la revue Permanences :  « Reconnaître un adversaire comme légitime, c’est admettre le noyau rationnel de sa pensée et le contredire sur le terrain de la rationalité. Si vous dites que votre adversaire est “phobe”, vous n’avez pas à argumenter, vous l’envoyez chez le psychiatre. »

Un dispositif inhibiteur

Et le sociologue de définir le processus du « politiquement correct » comme « un dispositif inhibiteur qui contribue à psychiatriser, à diaboliser ou à criminaliser ceux qui expriment un désaccord avec le régime “diversitaire” contemporain et ses avancées ». Et il ajoute : « C’est une manière de chasser de l’espace public, ou au minimum de ridiculiser ou décrédibiliser ceux qui ne suivent pas l’esprit du temps ou ne marchent pas à son rythme. C’est le nouveau système idéologique qui permet de contrôler l’espace public, de neutraliser l’adversaire politique. »




Lire aussi :
Mgr Michel Aupetit : « Culte et culture ont la même origine »

Lutter contre ce « dispositif inhibiteur » commence par soi-même. En effet, le système du « politiquement correct » n’est jamais aussi efficace que lorsqu’il produit l’auto-censure, tant il est vrai qu’exprimer certaines opinions demande aujourd’hui du courage. C’est ce courage qu’il faut cultiver ; et c’est une manière de cultiver la belle vertu de force.

Chronique publiée en partenariat avec Radio Espérance, 27 novembre 2019.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
censureMgr Michel Aupetit
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement