Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Jésus, un roi qui est aussi un ami

CHRIST THE KING
Partager

La royauté du Christ ne consiste pas à se soumettre les hommes, mais plutôt à les inviter à vivre en sa compagnie éternelle. Jésus conçoit son règne comme une vie partagée avec ses amis.

Le christianisme n’est pas avare de paradoxes. Il en fait encore la démonstration en cette fin de l’année liturgique où nous célébrons le Christ, Roi de l’univers. En effet, c’est avec les dernières paroles d’un supplicié que l’Église illustre la royauté de ce dernier sur le monde ! Curieux moment pour proclamer le règne du Christ ! Mais au fait, comment se manifeste ce règne ? En domination sur ses sujets ? En coercition ? En revanche sur ses bourreaux ? N’est-ce pas plutôt en amour et en service des autres ? 

Une royauté paradoxale proclamée du haut de la Croix

Le Christ est Roi en tant qu’il a été le serviteur de tous durant son existence terrestre, et qu’il le reste, après sa Résurrection, comme grand prêtre céleste qui nous conduit à Dieu son Père. 

Mais il est une autre caractéristique du règne du Christ qu’il nous faut souligner, et que l’évangile de la solennité du Christ-Roi de cette année met particulièrement en lumière. Il s’agit de l’amitié que les citoyens de ce royaume sont appelés à nouer avec ce roi paradoxal. Car ce n’est pas tous les jours qu’un souverain désire traiter ses sujets en amis ! Telle est pourtant la volonté du Christ. L’amitié recherche la compagnie de l’ami. Aussi Jésus, établi dans son royaume, désire-t-il partager sa vie avec nous ! Ce n’est pas là une spéculation hasardeuse, mais la révélation inouïe de l’évangile de ce dimanche, celui du bon larron. 

Le Paradis comme une amitié partagée

En effet, sur la croix Jésus ne s’est pas borné pas à gracier son compagnon d’infortune, celui que nous appelons le bon larron. Il lui a ouvert dans le même temps les portes du Paradis. Mieux, il lui a révélé en quoi consiste ce séjour bienheureux : être en sa compagnie. Dans le récit de la crucifixion que nous lisons ce dimanche, le bon larron lui demande, tandis qu’ils ne vont pas tarder à mourir tous les trois : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis » (Lc 23, 42-43).

« La vie bienheureuse équivaut à être en relation les uns avec les autres. »

Ainsi, le Paradis n’est pas d’abord un lieu fabuleux, quelque peu mythique, mais une réalité interpersonnelle ! La vie bienheureuse équivaut à être en relation les uns avec les autres. L’Église du Ciel, la Jérusalem céleste, au lieu d’être un jardin comme le paradis primitif, est une ville, c’est-à-dire un rassemblement. Et au milieu de cette cité éternelle, de la Jérusalem d’en-haut, l’Agneau (c’est-à-dire Jésus) est présent comme une lumière « qui lui tient lieu de flambeau », ainsi que le révèle l’Apocalypse (Ap 21, 23). La lumière de l’amour et de l’amitié. 

« Avec moi tu seras en Paradis » : désormais, les élus trouvent leur joie éternelle à contempler la gloire divine qui brille sur le visage du Christ, cette face en laquelle l’Amour transparaît. Le psalmiste demandait déjà : « C’est ta face, Seigneur, que je cherche » (Ps 26, 9). Le Paradis, tel que nous le révèle Jésus, exaucera sa prière. Les témoignages des saints de tous les temps sont particulièrement éloquents sur ce sujet. Eux aussi se sont entendus dire : « Aujourd’hui tu seras avec moi au Paradis. » Les vies des saints témoignent que le Christ partage sa royauté avec ceux qui ont mené le bon combat de l’amour et du service de leurs frères.

N’attendons pas l’heure de notre mort pour entrer en Paradis !

Cependant la plupart des saints venus après le bon larron n’ont pas attendu l’heure de leur mort pour recueillir cette promesse de la part de Jésus. C’est « aujourd’hui » qu’ils ont entendu cette parole, dans l’aujourd’hui des temps ordinaires. Dès lors, la compagnie de Celui qui la prononça sur la Croix ne les a plus quittés. Son visage, la méditation et la contemplation de sa Passion ont occupé chaque jour leurs esprits et leurs cœurs. Le Paradis, l’amitié de Jésus, ne souffrent plus de délais ! 

Découvrez ce que disent les grands saints sur le Paradis :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]