Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces paroles de la Bible qui fortifient le couple dans les épreuves

MAŁŻEŃSTWO
CMDR Shane/Unsplash | CC0
Partager

Face aux petits agacements quotidiens, à un manque de communication ou une crise conjugale profonde qui envenime la vie familiale, la Parole de Dieu peut être d’un grand secours.

Pour les couples, lire ensemble la Parole de Dieu est une nécessité, assure le pape François dans son exhortation Amoris Laetitia. « La Parole de Dieu n’est pas seulement une bonne nouvelle pour la vie privée des personnes, mais c’est aussi un critère de jugement et une lumière pour le discernement des différents défis auxquels sont confrontés les époux et les familles », écrit ainsi le souverain pontife (Amoris Laetitia, 227).

Il est des paroles adaptées à des circonstances difficiles. Chaque couple a ses épreuves, qu’elles soient liées au temps, à la maladie, aux difficultés au travail, mais aussi à un manque d’écoute ou encore à des défauts de communication. Au cœur de la tourmente, quand la crise semble insurmontable, la Parole de Dieu console et éclaire ceux qui prennent le temps de la lire et de la méditer. 

Voici une sélection de six textes de la Bible, à lire ensemble en invoquant l’Esprit saint, afin de trouver le secours nécessaire pour surmonter les crises conjugales. Ces textes sont accompagnés de commentaires de Bénédicte Lucereau, conseillère conjugale et auteur de Paroles de la Bible pour les couples, publié aux éditions Artège.

1
Le Mariage de Tobie et Sarra

« Tobie dit à Raphaël : « Azarias, mon frère, demande à Ragouël de me donner en mariage Sarra ma parente. » Ragouël entendit ces mots et dit au jeune Tobie : « Cette nuit, mange, bois, prends du bon temps : toi seul as le droit d’épouser ma fille Sarra, et moi-même je n’ai pas le pouvoir de la donner à un autre homme, puisque tu es mon plus proche parent. Pourtant, je dois te dire la vérité, mon enfant : je l’ai donnée en mariage à sept de nos frères, et ils sont morts la nuit même, au moment où ils allaient s’approcher d’elle. Mais à présent, mon enfant, mange et bois : le Seigneur interviendra en votre faveur. »

Tobie répliqua : « Je ne mangerai ni ne boirai rien, tant que tu n’auras pas pris de décision à mon sujet. » Ragouël lui dit : « Soit ! elle t’est donnée en mariage selon le décret du Livre de Moïse ; c’est un jugement du ciel qui te l’a accordée. Emmène donc ta sœur. Car, dès à présent, tu es son frère et elle est ta sœur. À partir d’aujourd’hui elle t’est donnée pour toujours. Que le Seigneur du ciel veille sur vous cette nuit, mon enfant, et vous comble de sa miséricorde et de sa paix ! »

Ragouël appela Sarra, qui vint vers lui. Il prit la main de sa fille et la confia à Tobie, en disant : « Emmène-la : conformément à la Loi et au décret consigné dans le Livre de Moïse, elle t’est donnée pour femme. Prends-la et conduis-la en bonne santé chez ton père. Et que le Dieu du ciel vous guide dans la paix ! » » (Tb 7, 9-13)

« Le mariage est une institution qui lie deux familles entre elles », explique Bénédicte Lucereau qui a commenté une centaine de textes choisis par ses soins dans Paroles de la Bible pour les couples (Artège). Chaque conjoint doit « quitter sa propre famille » pour créer le couple. Pour cela, les parents doivent eux aussi « quitter » leurs enfants, et les laisser libres de mener leur propre vie : c’est un pilier du mariage. Ainsi, “Dieu accompagne la liberté des conjoints qui échangent leur consentement, et leur donne la grâce de s’aimer dans la fidélité, malgré les obstacles et les imprévus de la vie ».

Lire aussi : Couples : ces habitudes à prendre pour traverser les épreuves

Middle-Aged-Couple
© goodluz

2
Pitié pour moi, mon Dieu

« Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.
Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice,
être juge et montrer ta victoire.
Moi, je suis né dans la faute,
j’étais pécheur dès le sein de ma mère.

Mais tu veux au fond de moi la vérité ;
dans le secret, tu m’apprends la sagesse.
Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ;
lave-moi et je serai blanc, plus que la neige.

Fais que j’entende les chants et la fête :
ils danseront, les os que tu broyais.
Détourne ta face de mes fautes,
enlève tous mes péchés.
Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.

Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.
Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne. » (Ps 50, 3-14)

La réalité, « c’est que nous sommes tous faibles, orgueilleux et égocentriques », détaille Bénédicte Lucereau. « En couple, on aime bien avoir raison, l’emporter sur l’autre, se faire servir, ou dorloter… On a du mal à se donner sans compter et à recevoir l’amour de l’autre, qui ne répond pas toujours à ce qu’on attend. Nous sommes pêcheurs, nous ne savons pas bien aimer ». Le reconnaît-on ? Dieu nous pardonne toujours, et nous apprend à aimer « comme Lui ». Lui demandons-nous Son pardon ? Pardonnons-nous à notre conjoint ses faiblesses, ses insuffisances, ses fautes ? 

Lire aussi : Le couple a au moins trois sérieux concurrents

3
Dieu réconforte les époux qui n’en peuvent plus

« Tu ne le sais donc pas, tu ne l’as pas entendu ? Le Seigneur est le Dieu éternel, il crée jusqu’aux extrémités de la terre, il ne se fatigue pas, ne se lasse pas. Son intelligence est insondable. Il rend des forces à l’homme fatigué, il augmente la vigueur de celui qui est faible. Les garçons se fatiguent, se lassent, et les jeunes gens ne cessent de trébucher, mais ceux qui mettent leur espérance dans le Seigneur trouvent des forces nouvelles ; ils déploient comme des ailes d’aigles, ils courent sans se lasser, ils marchent sans se fatiguer.

C’est moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis : « Ne crains pas, moi, je viens à ton aide. » » (Is 40, 28-31 et 41, 13)

« Que de fois en couple, nous ressentons la fatigue, la lassitude, le poids du quotidien et de la routine, parfois aussi l’angoisse de l’avenir », reprend Bénédicte Lucereau. « Dieu nous dit qu’Il est à nos côtés, qu’Il s’est engagé avec nous le jour de notre sacrement de mariage, et qu’Il nous donnera toujours ce dont nous avons besoin pour la route : Lui faisons-nous confiance ? Lui demandons-nous ce dont nous avons besoin ? Le remercions-nous lorsqu’Il refait nos forces, lorsqu’Il vient à notre aide ? »

LOVE
Di IVASHstudio - Shutterstock

4
La tempête apaisée

« Comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent. Et voilà que la mer s’agita violemment, au point que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait.
Ses compagnons s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. » Mais il leur dit: « Pourquoi avoir peur, hommes de peu de foi ? » Alors, debout, Jésus interpella vivement les vents et la mer, et il se fit un grand calme. Les gens furent saisis d’étonnement et disaient: « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? » »  (Mt 8, 23-27)

Des tourmentes, des tempêtes, des crises… Tous les couples en connaissent. « La barque couple est menacée par les vagues, les vents contraires, les courants qui séparent les routes et entraînent sur de mauvais rochers… », reconnaît la coach. Rancœur, jalousies, indifférence, désamour, tout peut mener à la rupture. « Mais c’est lorsqu’on se sent pauvre, impuissant, en danger, que notre cri touche le cœur de Dieu. « Au secours, Seigneur, nous coulons ! Sauve-nous ! » Alors Jésus nous attire à Lui et chasse les esprits de peur, d’indépendance, de division. Il recréée notre amour et le configure au sien ».

Lire aussi : Diane et Frédéric, un couple ranimé par la puissance de l’Esprit saint

5
Les noces de Cana

“Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. Or, on manqua de vin; la mère de Jésus lui dit: « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond: « Femme, que me veux-tu? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit aux serviteurs: « Faites tout ce qu’il vous dira. »

Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs; chacune contenait environ cent litres. Jésus dit aux serviteurs: « Remplissez d’eau les cuves. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit: « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.
Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit: « Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. »  (Jn 2, 1-11)

Terrible mariage où il n’y a plus de vin pour faire la fête ! Comme est triste un mariage où l’amour joyeux des débuts s’est transformé en vinaigre acide de reproches sans fin, de vies parallèles, d’ennui ou de disputes. « Jésus nous dit qu’avec Lui, la vie « vaut le coup ! », le vin le meilleur est pour la fin. Oui, c’est vrai ! », explique encore Bénédicte Lucereau. « Un amour humble, qui se reçoit quotidiennement des mains de Dieu est un travail artisanal, qui réclame du temps et de l’énergie, mais qui est fécond : émerveillement joyeux devant la beauté cachée de l’autre, danse toujours nouvelle d’une relation à alimenter et à réinventer chaque jour. Voilà qui rend gloire à Dieu ! »

6
Appel à l’unité et à la Paix

« Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous exhorte donc à vous conduire d’une manière digne de votre vocation : ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il y a un seul Corps et un seul Esprit. Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, par tous, et en tous. » (Eph 4, 1-6)

« Voilà une parole de Paul qui pourrait être la règle de vie du couple et lui assurer une bonne santé relationnelle : humilité, douceur, patience, recherche de l’unité dans la paix », assure la coach. « Seul l’Esprit saint, invoqué quotidiennement, peut donner de vivre cette communion dans l’amour telle que la décrit saint Paul. C’est ce « un seul corps, une seule âme, un seul esprit » tout en restant deux personnes distinctes et bien séparées, qui est missionnaire, car le couple témoigne ainsi de l’unicité et l’universalité de l’amour de Dieu pour chaque homme : « Voyez comme ils s’aiment ! » »

Artège

Pour aller plus loin, retrouvez plus d’une centaine de textes soigneusement choisis et commentés par Bénédicte Lucereau dans Paroles de la Bible pour les couples, Artège, 14,90 euros.

À voir aussi : découvrez les secrets des couples heureux
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]